Féminismes

90 - Printemps / été 2017

Ce numéro s’intéresse aux rapports singuliers entre l’art et les féminismes. En tenant compte de la multiplicité des subjectivités et de l’hétérogénéité des femmes, il s’agit de faire connaitre comment les multiples pratiques et les théories sur l’art participent à déconstruire les oppressions et les limites liées au genre. On présente une sélection de pratiques féminines et féministes, militantes ou non, issues d’approches et de communautés diverses. Les différentes revendications, prises de position et affirmations témoignent de la diversité des artistes : subversion, soulèvement protestataire, remise en question des archétypes de genre et d’hétéronormativité, approche féministe postcoloniale, résurgence des pratiques ancestrales, représentation de soi, utilisation consciente et assumée de la séduction sont autant de manières de dire, encore, la nécessité des féminismes.

$8.00
Poids: 
0
Aperçu (cliquer pour agrandir):
, , , , ,

Articles à la pièce

Sommaire:

Édito

Les multiples figures du féminisme

Sylvette Babin

Dossier : FÉMINISMES

Manifestations nues : féminisme et culture visuelle
Dans cet article, l’auteure examine le récent phénomène mondial de manifestation nue du groupe féministe ukrainien Femen sous l’angle de la culture visuelle et de la théorie critique. Affirmant la centralité du corps pour le féminisme et comparant le concept de manifestation nue à des exemples du militantisme féministe en Occident, elle soutient que la politique, comme l’histoire de l’art, repose sur l’opposition formulée par John Berger entre les concepts actif/masculin/regardeur et passif/féminin/regardé, et souligne la difficulté d’éviter la réification sexuelle dans la sphère publique.

[Traduit de l'anglais par Sophie Chisogne]

Jennifer Griffiths

Des voiles, des féminismes et de l’art contemporain
Les images de femmes voilées se sont multipliées de façon exponentielle en art contemporain international. La majorité d’entre elles remettent en question le signe stéréotypé du voile en tant que condensé du « problème » de l’Islam et de la femme musulmane dépourvue d’agentivité. Selon l’auteure, refuser le statut de sujet à toute femme est non féministe et dangereux. Dans une analyse des œuvres de Ghazel, d’Arwa Abouon et de Maïmouna Guerresi, elle avance que les représentations de femmes visiblement musulmanes qui parviennent à recoudre les voiles et la subjectivité féminine transforment les discours dominants sur le voile et sur les identités du moi édifiées en Occident.

[Traduit de l'anglais par Margot Lacroix]

Valerie Behiery

L’économie domestique. Le commissariat d’exposition, un « travail d’amour »
À partir d’homologies euristiques entre les musées et l’espace domestique, l’auteure attire l’attention sur la question de l’économie politique des expositions, où la division genrée du travail qui façonne les pratiques commissariales et le positionnement des sujets de ce domaine, est conçue de manière à compléter ceux des artistes. S’inspirant des théories féministes et des études de genre, l’auteure examine la façon dont le rôle du commissaire oscille entre celui de machiniste invisible et désincarné œuvrant dans les coulisses d’une exposition et celui de figure d’auteur hyper-visible reconnu pour son style caractéristique. L’objectif est de problématiser les conséquences politiques ambigües du commissariat en tant que « travail d’amour ».

[Traduit de l'anglais par Nathalie de Blois]

Nanne Buurman

Féminismes et incertitude. Un corps à soi et hors de soi
Partant du travail de Nadège Grebmeier Forget, de Manon Labrecque et de Julie Delporte, cet essai met en avant des images du corps et des identités dont les représentations apparaissent indénombrables, oscillantes ou sans prises. Or, de ces images il est retenu ici qu’elles participent d’une résistance et d’une agentivité féministes critiquant la construction des savoir-faire et des savoirs. Entre la quête d’un corps à soi et la réalité d’un corps hors de soi se logent des enjeux de féminismes d’une actualité encore vive.

Thérèse St-Gelais

De la plastie du corps chez Cassils
Re-enactment de Carving: A Traditional Sculpture d’Eleanor Antin, la série Cuts: A Traditional Sculpture de l’artiste trans Cassils actualise la mythique performance de manière à explorer ce que signifie être féministe et transgenre dans la société d’aujourd’hui. En ingérant des stéroïdes et en manipulant la plastie de son corps de manière à en brouiller les genres, l’artiste rend compte d’un contexte médicopolitique qui permet aux identités l’exploration d’avenues nouvelles de création, le genre, le sexe ou la sexualité n’étant plus des propriétés corporelles immuables, mais plutôt des technologies somapolitiques.

Anne-Marie Dubois

Je suis femme : le projet décolonial de l’art féministe autochtone
Au Canada, le débat sur les alternatives autochtones aux structures étatiques actuelles prend de l’ampleur et les projets de décolonisation se multiplient. Dans ce contexte, la nécessité s’impose de redonner une place aux manières de voir et d’être caractéristiques du matriarcat précolonial. En présentant les œuvres de femmes artistes autochtones qui mettent en scène des figures d’autorité des Premières Nations, je participe à la déconstruction de l’idée colonialiste d’indigénéité. Il est essentiel, en cette période de l’histoire des femmes, de mettre en valeur les réalisations autochtones afin de faire contrepoids à la réification impitoyable des violences qu’ont endurées et que continuent de subir les peuples autochtones et les femmes en particulier.

[Traduit de l'anglais par Margot Lacroix]

Léa Toulouse

Portfolio

Billie Zangewa

La broderie pour tisser une identité collective

Gabrielle Lajoie-Bergeron

Les jeunes filles ne veulent pas d’histoire

Myriam Mihindou

La mémoire dans la peau

Joscelyn Gardner

Une histoire féministe de la Caraïbe

Lucía Cuba

Mode, biopolitique et critique sociale

Michelle Lacombe

Un corps à lire

Helena Martin Franco

La femme éléphant

Paroles de féministes

SCHIZES

Féminismes à portée de main

Catherine Lavoie-Marcus

Comptes rendus

Arts de la scène

Anne Le Beau et Compagnie Dave St-Pierre inc, Suie, Montréal par Véronique Hudon

Arts visuels

Marie-Claire Blais, Être la porte qui s’ouvre, Montréal par Maude Johnson

Sophie Jodoin, il faut qu’elle sache, Montréal par Dominic Hardy

Jim Holyoak, Book of Nineteen Nocturnes ; Nelson Henricks, Life Session, Montréal par Dominique Sirois-Rouleau

Nick Cave, Until, North Adams, U.S.A. par Anja Bock

La Galerie UQO présente ICI : Harald Szeemann, documenta 5, Gatineau par Anne-Marie Trépanier

Jim Verburg, A Certain Silence, Toronto par Alex Bowron

Andréanne Godin, Poussière de crépuscule, ou devenir jour, Montréal par Dominique Sirois-Rouleau

Does the oyster sleep?, Toronto par Jill Glessing

Sonia Boyce, We move in her way, London, U.K. par Emily LaBarge

Feminist Avant-Garde of the 1970s: Works from the Verbund Collection, London, U.K. par Emily LaBarge

Go Canny ! Poétique du sabotage, Nice par Vanessa Morisset

Catherine Bolduc, La femme dans la lune / Her Head in the Clouds, St. John’s, Nfld. par Jennifer McVeigh

Teresa Margolles, Mundos, Montréal par Nuria Carton de Grammont

Dress Codes, Saint-Ouen, France par Magali Lesauvage et Céline Piettre

Publications

David Clerson et Sébastien Pesot (dir.), Post-Punk Art Now par Sophie Drouin

Petra Collins (dir.), Babe par Florence Andoka

Johanna Householder et Tanya Mars (dir.), More Caught in the Act: an anthology of performance art by Canadian women par Maude Johnson

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Rubriques



Boutique

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598