Marie-Claire Blais
Être la porte qui s’ouvre

Maude Johnson
Galerie René Blouin, Montréal, du 4 février au 18 mars 2017
Marie-Claire_Blais_Être la porte qui s'ouvre 5
Marie-Claire Blais Être la porte qui s’ouvre 5, 2016.
Photo : © Marie-Claire Blais
Galerie René Blouin, Montréal, du 4 février au 18 mars 2017

Une douceur bienvenue enveloppe les murs de la Galerie René Blouin, le temps de l’exposition Être la porte qui s’ouvre de Marie-Claire Blais. Essentiellement picturale, cette douceur parvient à générer une ambiance qui transforme, momentanément, l’atmosphère de la galerie. Les codes rigoureux de ce white cube s’en trouvent étrangement ébranlés, comme si la pseudoneutralité d’un tel espace était délicatement invalidée. Portés par une palette aux pâles teintes de bleu et de rouge, les grands formats de Blais envahissent, subtilement ; ils investissent l’endroit d’une sensibilité précieuse. C’est presque une douzaine de toiles, seules ou en diptyques, qui peuplent l’espace d’exposition. L’assemblage organique crée une impression de cocon par lequel on se retrouve agréablement cerné. Cependant, malgré le sentiment de légèreté palpable, il n’en ressort pas moins une critique incisive qui questionne avec finesse les rapports de pouvoir à l’œuvre dans la peinture et l’histoire de l’art.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s connecté·e·s

Créez-vous un compte gratuit pour lire la rubrique complète !

Se créer un compte
Cet article parait également dans le numéro 90 - Féminismes
Découvrir

Suggestions de lecture