Andréanne Godin
Poussière de crépuscule, ou devenir jour

Galerie Nicolas Robert, Montréal, du 25 février au 1er avril 2017
Godin_Poussière de crépuscule
Andréanne Godin Poussière de crépuscule, ou devenir jour, vue d’exposition, Galerie Nicolas Robert, Montréal, 2017.
Photo : Mitch Mitchell
Galerie Nicolas Robert, Montréal, du 25 février au 1er avril 2017

Poussière de crépuscule, ou devenir jour rassemble les souvenirs fragmentés des paysages, de la lumière ou de l’architecture qu’Andréanne Godin a observés pendant son séjour au Connecticut. L’artiste traduit en réalité, par le dessin et la sculpture, les déambulations effectuées lors de sa résidence à la Fondation Josef et Anni Albers. Des blocs de graphite minutieusement sculptés côtoient les dessins au graphite ou pigments purs comme les pendants d’une étude de l’espace.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s connecté·e·s

Créez-vous un compte gratuit pour lire la rubrique complète !

Se créer un compte
Cet article parait également dans le numéro 90 - Féminismes
Découvrir

Suggestions de lecture