Yann pocreau,
Se partager l'espace 09, 2011.
Photo : © yann pocreau, permission de | courtesy of galerie simon blais, montréal

Les recherches récentes de Yann Pocreau portent essentiellement sur les apports narratifs que suggère la présence de la lumière naturelle, lorsqu’elle est mise en scène dans des lieux déterminés. L’artiste s’intéresse au potentiel métaphorique de la lumière dans la compréhension que nous avons de l’espace et de ses fonctions. Ainsi se tissent depuis quelques années des liens intimes entre son travail photographique et l’architecture, une architecture souvent en transition. C’est dans cette optique qu’il a entrepris divers projets de collaboration avec des firmes de rénovation ou de démolition, ou encore avec des architectes. L’entre-deux et l’inachevé, ces moments interstitiels où le construit et la démolition se confondent, lui permettent de réfléchir davantage à cette étroite relation qu’il pouvait y avoir entre construction au sens littéral du terme et construction photographique. Ce sont les bases de la série Chantiers, par exemple, réalisée en collaboration avec La Shed architecture. La série Se partager l’espace a été réalisée à l’occasion du Mois de la Photo à Montréal, en 2011, pour l’exposition Lucidité. Vues de l’intérieur que signait la commissaire Anne-Marie Ninacs. Dans ce cas précis, Pocreau s’intéressait au potentiel métaphorique de reconstruction de la lumière naturelle dans des espaces domestiques incendiés quelques jours seulement avant la prise de vue.

Yann pocreau,
Se partager l’espace 08, 11 & 06, 2011.
Photos : © Yann Pocreau, permission de | courtesy of galerie Simon Blais, Montréal
Yann Pocreau,
Chantier 07 & 06, 2012.
Photos : © Yann Pocreau, permission de | Courtesy of galerie Simon Blais, Montréal
Yann Pocreau,
Se partager l’espace 01, 2011.
Photo : © Yann Pocreau, permission de | courtesy of galerie Simon Blais, Montréal
Cet article parait également dans le numéro 80 - Rénovation
Découvrir

Suggestions de lecture