Garden-River-First-Nation
Andreas Rutkauskas Garden River First Nation, série Borderline, 2015. Photo : permission de l’artiste

Déambuler, circuler, fuir. Quelques notes sur les paysages de la mobilité

Suzanne Paquet
La géographie, en ce sens, est un art de la représentation, c’est-à-dire un art du transport et de la traduction. Comment faire venir le lointain dans le proche ? Comment rendre dans leur présence les réalités absentes ?
— Jean-Marc Besse1 1 - Jean-Marc Besse, Face au monde : atlas, jardins, géoramas, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, p. 9.

La production photographique d’Andreas Rutkauskas est indéniablement géographique ; elle couvre un large spectre paysager. Elle pourrait sembler un peu éclatée, car elle touche ou explore divers aspects du territoire. Je crois pourtant que le travail de cet artiste ne nous parle que de traversées, de mouvements, de déplacements, phénomènes contemporains s’il en est ; chacune de ses séries d’images aborde ces thèmes sous un angle singulier. Ainsi, Rutkauskas ne traiterait, finalement, que des paysages de la mobilité, en en révélant diverses facettes. Je tenterai, dans ce texte, d’examiner quelques-unes des perspectives paysagères sur lesquelles ouvre sa pratique.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 88 - Paysage
Découvrir

Suggestions de lecture