Collectionner. Déclinaison des pratiques, vue de la section « Des disparitions d’œuvres » section view, Galerie Leonard & Bina Ellen, Université Concordia, Montréal, 2010.
photo : Paul Litherland

Quand on s’attarde à ce que le mot « éphémère » ne veut pas dire, à ce qu’il ne sous-entend pas (à sa face cachée, en quelque sorte), on voit apparaître des termes comme « définitif », « durable », « éternel », « immortel », « sans fin », « permanent », « perpétuel », « stable ». Et quoique le mot « durable » jouisse d’une aura progressiste dans ses connotations ­écologiques, aucun de ces termes ne saurait servir la pratique critique et réflexive qui, dans le domaine de l’art contemporain, s’intéresse à la production, à la pratique commissariale ou à leur relation avec l’espace physique de la galerie. 

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 72 - Commissaires
Découvrir

Suggestions de lecture