François Quévillon

Manœuvrer l’incontrôlable

Louise Boisclair
Expression, Saint-Hyacinthe, du 9 février au 21 avril 2019
François Quévillon Conduite algorithmique et Le Rondpoint itératif, de la série Manoeuvres, vue d’exposition, Expression, Saint- Hyacinthe, 2019. Photo : permission de l’artiste
Expression, Saint-Hyacinthe, du 9 février au 21 avril 2019
[In French]
Avec la rétrospective que consacre le centre d’exposition Expression de Saint-Hyacinthe à son travail de la dernière décennie, l’artiste François Quévillon décline des avancées technologiques récentes de captation, de surveillance et de détection. Majeure et magnifique, cette exposition constituée de huit dispositifs audiovisuels interroge en quelque sorte l’histoire technologique récente qui met en jeu l’avenir de la planète et de l’humanité.


Pour ce faire, l’artiste conjugue interactivité et procédures systématiques, art et technologie, poésie et critique. Il s’intéresse aux données de géolocalisation, de conduite automobile, de détection de mouvements géologiques et de captation de déplacements, dont il aime scénariser les images et les sons selon des paramètres algorithmiques. Diverses fluctuations proviennent des activités mesurées : vent, température, consommation d’énergie, position des spectateurs, etc. Si ces images et ces sons atteignent souvent le sublime, là où la beauté dépasse l’entendement, ils suscitent également une critique sociopolitique des avancées technologiques qui, malgré leurs promesses spectaculaires, ne sont pas infaillibles. Quévillon et le commissaire de son exposition, Eric Mattson, résument les principaux enjeux par ces trois formules lapidaires : « Les espaces entre les lieux s’amenuisent ; la vitesse perturbe les jugements ; l’anticipation des suivis efface le futur. »

You must be logged in to access this content.

Create your free profile to read the full text!

Register
This article also appears in the issue 96 - Conflict
Discover

Suggested Reading