Xavier Le Roy

Retrospective

Maud Jacquin
MoMA PS1, New York, du 2 octobre au 1er décembre 2014
Xavier Le Roy Retrospective, MoMA PS1, New York, 2014.
Photo : Lluís Bover, © Fundació Antoni Tàpies

Dans son travail chorégraphique, Xavier Le Roy met en scène un corps échappant constamment aux catégories qui cherchent à le définir. Sans cesse transformé par des forces extérieures avec lesquelles il entre en composition, ce corps est pris dans un devenir-autre l’empêchant à tout instant de se figer. Dans Self-unfinished (1998), dont le titre est lui-même révélateur de ce processus, Le Roy soumet son propre corps à des métamorphoses multiples : il le plie, le morcèle et le défait au point de le rendre méconnaissable. Dans Giszelle (2001), une collaboration avec la chorégraphe Eszter Salomon, le corps devient le vecteur d’images liées à notre imaginaire culturel (une ballerine, Le Penseur de Rodin, un singe). Traversé par des représentations appartenant à différents registres (humain/non-humain ; animé/inanimé ; masculin/féminin), il se modifie et s’ouvre à l’altérité.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s connecté·e·s

Créez-vous un compte gratuit pour lire la rubrique complète !

Se créer un compte
Cet article parait également dans le numéro 83 - Religions
Découvrir

Suggestions de lecture