Zinnia-Naqvi-Vanaja-Ganeshan-Kondavil-Jaffna-SriLanka-1
Zinnia NaqviVanaja Ganeshan, Kondavil, Jaffna, Sri Lanka, 1977 ; Byra Dineshkumar, Pickering, ON. 2012, de la série Past and Present, 2012-2015.
Photo : permission de l’artiste

La pratique artistique de Zinnia Naqvi est traversée par les archives familiales, le dialogue intergénérationnel et la politique de l’appartenance. Ses images qui relèvent principalement de l’art photographique évoquent l’intimité des souvenirs de famille qu’on chérit et les valeurs qu’ils illustrent. Dans la série Past and Present II (2012-2015), l’artiste explore la construction intergénérationnelle de l’identité au sein des familles immigrantes. Des photos appariées s’offrent à la comparaison ; à des images d’archives de parents dans leur pays d’origine sont juxtaposées des scènes identiques reconstituées par leurs enfants au Canada quelques décennies plus tard. La série ne révèle pas seulement des « airs de famille »qui les unit : elle suggère que le fossé culturel, spatial et temporel entre pays d’origine et pays d’accueil peut être comblé par la relationnalité intergénérationnelle.

Dans la série Dear Nani (commencée en 2017), ancrée elle aussi dans les archives familiales, l’artiste aborde les thèmes de la performance de genre et du mimétisme colonial. Ce qui avait débuté en 2017 par une installation s’est transformé, durant la pandémie, en deux livres photos (français et anglais). Dans les deux versions du projet, des photos prises par son grand-père maternel, Nana, montrent sa grand-mère maternelle, Nani, posant dans les habits de son époux durant leur lune de miel au Pakistan en 1948. Elle tient le Children’s Dictionary (ouvrage destiné aux sujets de la colonie britannique) dans un portrait où s’entremêlent performativité culturelle et de genre. Dans ce qui ressemble à une mise en abyme sans fin, Naqvi personnifie sa grand-mère personnifiant son mari personnifiant un Britannique. Ce qui s’avère un dialogue purement fictif est pour l’artiste une façon de remplir les cases vides.

Dans Yours to Discover (depuis 2019), Naqvi plonge à nouveau dans ses archives. Cette fois, elle crée des installations qui associent des photos de famille prises en Ontario devant des sites emblématiques (chutes Niagara, Tour CN, jardins Cullen) à un assemblage de jeux d’enfants et de société. L’artiste s’interroge ici sur les valeurs éducatives inhérentes aux deux activités tout en analysant ce que signifie réellement « adopter un mode de vie canadien ». Sa démarche artistique tout entière témoigne des histoires et de la résilience des familles migrantes.

Traduit de l’anglais par Margot Lacroix

Zinnia Naqvi
Tonya Campbell, Pickering, ON. 2012 ; Andrea Farrell, Fontabelle, Barbados, 1973, de la série Past and Present, 2012-2015.
Photo : permission de l’artiste
Zinnia-Naqvi-Self-Portrait-With-Nani-In-The-Garden
Zinnia Naqvi
Self-portrait with Nani in the Garden, 2017, de la série Dear Nani, 2017 – en cours.
Photo : permission de l’artiste
Zinnia-Naqvi-Continuous-Journey
Zinnia Naqvi
Continuous Journey, 2019, de la série Yours to Discover,
2019 – en cours.
Photo : permission de l’artiste & Pierre-François Ouellette art contemporain, Montréal
Zinnia-Naqvi-A-Settlers-Dilemma
Zinnia Naqvi
A Settler’s Dilemma, 2019, de la série Yours to Discover,
2019 – en cours.
Photo : permission de l’artiste & Pierre-François Ouellette art contemporain, Montréal
Pages intérieures Esse 107 Famille
Cet article parait également dans le numéro 107 - Famille
Découvrir

Suggestions de lecture