on ne répond pas à la question – contre toute attente, on procède

Edith Brunette
Le Mobile du Musée d’art contemporain des Laurentides
Le Mobile du Musée d’art contemporain des Laurentides (MACL) où était diffusée la vidéo de Michael Eddy, Infinite Cruelty, for nothing, 2016, Place des Festivités, Saint-Jérôme, 2017.
Photo : François Lemieux

Comment déployer la question politique dans les angles morts de la démocratie ? Quelle démocratie émergerait de l’invitation du Musée d’art contemporain des Laurentides, avec pour outils de travail une caravane, une agora de contreplaqué (Une place idéale, Alexandre David), l’abri de l’art et de ses institutions ? L’invitation faite à l’artiste François Lemieux s’est transformée en projet collectif : deux journées de performances, vidéos et discussions, l’une à Saint-Jérôme et l’autre, à Gatineau. Conviés à intégrer le contexte des élections municipales, les artistes et auteur.e.s du projet ont saisi la question par la queue pour réexaminer les formes que donne l’art au politique et reconsidérer les règles de l’institution : on ne répond pas à la question contre toute attente, on procède.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner

Suggestions de lecture