88_DO09_Chicoine_Bodmer_Les paradis de Granby - Fig. 14
Catherine Bodmer Les paradis de Granby - Fig. 14, 2014–2015.
Photo : © Catherine Bodmer

La dissémination est un terme le plus souvent utilisé pour désigner la dispersion de graines, par divers moyens. Elle permet entre autres aux plantes de coloniser de nouveaux milieux. – Source : Wikipédia

Le jardin dans tous ses états : Les paradis de Granby de Catherine Bodmer

Isadora Chicoine-Marinier
Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde.
— Michel Foucault1 1 - Michel Foucault, Des espaces autres, 1967, cité dans Catherine Bodmer et coll., Les paradis de Granby, fig. 2, 2015.

L’anthropocentrisme, conception du monde centrée sur l’expérience et les valeurs humaines, se voit aujourd’hui contesté par la pensée écologiste. Rappelons que ce paradigme, qui rapporte toute chose à l’Homme, a entrainé le développement d’un rapport d’objectification de la nature. Or, en réponse à la prise de conscience environnementale survenue dans les années 1960, l’écocentrisme a émergé comme un nouveau paradigme qui valorise la biodiversité et l’interrelation des formes de vie. Dans Les trois écologies (1989), le philosophe et psychanalyste Félix Guattari remet en question l’opposition binaire entre la nature et la culture par l’entremise du concept d’écosophie. Ce dernier repose sur une articulation des rapports à l’environnement, à la société et à la subjectivité humaine. Ainsi, Guattari appelle à la mise en œuvre d’actions micropolitiques et esthétiques produisant des subjectivités individuelles et collectives afin de réinventer le vivre ensemble.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 88 - Paysage
Découvrir

Suggestions de lecture