Fabrice-Samyn_AlorsQueTuEsLeTemps
Fabrice Samyn Alors que tu es le temps, vue de l’installation, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 2021.
Photo : Kristien Daem, permission de l'artiste

Fabrice Samyn : où la matérialité mystique rencontre les projections subconscientes

Sûrya Buis
« La mystique nait de cette catastrophe des ­identités1 1 - Daniel Vidal, « Michel de Certeau, La fable mystique, xvıe-xvııe siècle, tome II », Archives de sciences sociales des religions, nº 168, 2014. », note le critique d’art Daniel Vidal à propos du prêtre jésuite Michel de Certeau. Cette idée entre en dialogue avec la pratique de Fabrice Samyn, artiste multidisciplinaire belge s’essayant aussi bien à la sculpture qu’à la peinture dont la démarche artistique se nourrit autant de mythologies contemporaines que de tableaux datant des siècles passés. Cette rencontre antithétique compose une ­mystique des formes et des matières complexe à exprimer dont l’esthétique met en exergue l’immuable permanent.

Indissociables de l’imaginaire collectif et des convictions intimes, les allégories mises de l’avant dans les œuvres de Fabrice Samyn sont reliées à une conception occidentale de la temporalité et dépoussièrent, par le détournement de motifs symboliques, nos images mentales. Chez l’artiste, l’ambigüité référentielle fait des œuvres d’art des entités singulières dotées d’animisme, dans la mesure où leur plastique semble vibrer d’une énergie vitale. Vis-à-vis de la tradition – religieuse en particulier –, l’artiste adopte une attitude aussi déférente que subversive : n’hésitant pas à jouer sur les décalages chronologiques et les référents séculaires populaires, sa démarche artistique n’exclut pas le second degré. Mythographe, il interroge la construction idéologique des icônes et leur matérialisation dans le réel et s’amuse ainsi à démanteler nos préjugés en regard de l’iconographie pieuse tout en soulignant la puissance ésotérique de telles images.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 105 - Nouveau nouvel âge
Découvrir

Suggestions de lecture