Alec Soth_Dog-Days-2003
Alec SothDog Days, Bogotá, 2003.
Photo : © Alec Soth/Magnum Photos, permission de Magnum Photos

Douleur animale et suprémacisme humain

Martin Gibert
L’équipe de Esse est depuis longtemps préoccupée par le traitement du vivant non humain dans l’art contemporain, que ce soit dans des pratiques relevant directement de l’exploitation des animaux, ou d’autres encore où la participation de ceux-ci est moins visible, sans être pour autant moins problématique. Ce dossier sur la douleur nous pousse à interroger le philosophe Martin Gibert sur la question. Militant végane engagé dans la cause antispéciste et chercheur en éthique de l’intelligence artificielle à l’Université de Montréal, Martin Gibert s’attache depuis plusieurs années à déboulonner les croyances et les comportements carnistes. Il a écrit sur l’imagination en morale et le paradoxe de la viande, notamment dans son essai coup de poing Voir son steak comme un animal mort.

Esse Quelles pistes la philosophie propose-t-elle pour réfléchir aux enjeux de la douleur animale ?

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 106 - Douleur
Découvrir

Suggestions de lecture