Lee-Hinshaw_UTSLibraryRetrievalSystem
UTS Library Retrieval System, 2015.
Photo : Jackson Mann, permission de UTS Library

Les bibliothèques participatives et leur possible perturbation

Anja Bock
Les bibliothèques sont en train de devenir des destinations de loisirs et des points d’accès sans fil. Loin de l’image rigide et poussiéreuse que l’on s’en fait, elles sont désormais des « zones » où l’on « se connecte » – à des fournisseurs d’information axée sur l’expérience, des publications numériques et des médias sociaux, ainsi qu’à une gamme de plus en plus étendue de logiciels conçus précisément pour mieux rejoindre la communauté. Les termes « client » et « usager » ne semblent ni l’un ni l’autre convenir pour décrire leur clientèle, qui est tout aussi susceptible de clavarder ou de naviguer que de lire ou de faire des recherches. Le terme « visiteur » est peut-être plus approprié. Il met l’accent sur la circulation dans l’espace de la bibliothèque, qui n’est plus (et n’a jamais été) un simple contenant de libre échange de livres, mais plutôt une sorte de machine permettant à chacun de définir son identité.

Avant d’énumérer les bienfaits de ce changement de paradigme, faisons un bref (et nostalgique) recensement des pertes encourues : la perte des catalogues sur fiches, des chaises droites en bois et des « bibliothécaires sexy » ; du bonheur de flâner entre des rayons mal éclairés et de découvrir que le livre voisin de celui qu’on cherchait est vraiment celui dont on avait besoin ; du sentiment d’humilité éprouvé lorsque la pile de livres sur notre pupitre est plus haute et plus lourde qu’on ne l’est soi-même (sans compter tout le poids du savoir contenu dans ces livres) ; de patauger dans de longs essais au lieu de cliquer sur de courts résumés numérisés facilement assimilables, et peut-être la plus importante, la perte des ouvrages imprimés, qui disparaissent progressivement dans les entrailles des nouvelles bibliothèques hypermodernes, pour ne plus être accessibles que par l’entremise de membres du personnel ou de robots.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
89-Accueil-Apercu
Cet article parait également dans le numéro 89 – Bibliothèque - Bibliothèque
Découvrir

Suggestions de lecture