Marie-Michelle Deschamps
Espacements

Manel Benchabane
AXENÉO7, Gatineau
du 1er novembre au 2 décembre 2023
Marie-Michelle-Deschamps_Premiere_adresse
Marie-Michelle DeschampsEspacements,vue d'exposition, 2023.
Photo : John Healey, permission de l’artiste
AXENÉO7, Gatineau
du 1er novembre au 2 décembre 2023
L’exposition Espacements présente un survol du travail de Marie-Michelle Deschamps et des aspects de sa pratique sculpturale, picturale et graphique. Divisée en trois salles, elle suit la logique d’une maison que l’on parcourt du hall d’entrée jusqu’aux pièces adjacentes. À travers un nouveau corpus d’œuvres d’une matérialité qui émerveille autant qu’elle intrigue, Espacements sonde, dans chacune de ces salles, les notions de langage, de son et de relations.

Au cœur de cette exposition, l’installation Première adresse (2023) retient particulièrement l’attention. Étude du langage musical, la dizaine de sculptures qui compose cette installation s’acquitte d’un double rôle : celui d’œuvre d’art et d’instrument de musique. Réalisés en collaboration avec son amie percussionniste Corinne René, ces objets musicaux explorent les propriétés acoustiques de la matérialité inhérente au travail de Deschamps, en plus de s’inspirer des qualités formelles propres aux instruments de percussion. Ainsi, les sculptures de cuivre, de verre et de bronze prennent la forme de cloches, de cymbales et de carillons. Avec Première adresse, Deschamps élargit l’idée de ce que peut être un instrument de musique. Son langage visuel nous invite à supposer la sonorité des matériaux, mais aussi à imaginer de manière fantaisiste celle que pourraient avoir les formes et les couleurs : quel pourrait être le son de la spirale de verre, de la fleur de cuivre ou encore du rectangle d’émail turquoise ? Ce monde acoustique, les deux complices nous le font découvrir lors d’un microconcert présenté au public dans la galerie. Une fois que l’installation est activée, les univers des deux artistes deviennent intimement liés et les propriétés acoustiques et esthétiques de l’œuvre s’unissent, ce qui nous permet de l’apprécier dans son entièreté.

Cet article est réservé aux visiteur·euses connecté·es.

Créez-vous un compte gratuit ou connectez-vous pour lire la rubrique complète !

Mon Compte
Cet article parait également dans le numéro 111 - Tourisme
Découvrir

Suggestions de lecture