Louis-Philippe Côté
Dérives et replis 

Dominique Sirois-Rouleau
Galerie Simon Blais, Montréal, du 18 octobre au 18 novembre 2017
Côté_Dérive no. 5
Louis-Philippe Côté Dérive no. 5, 2017.
Photo : Guy L’Heureux
Galerie Simon Blais, Montréal, du 18 octobre au 18 novembre 2017

Dérives et replis de Louis-Philippe Côté se présente comme un exercice de style autour de l’intrigant énoncé « sur un lac, deux jeunes filles dans un canot s’apprêtent à quitter la rive ». À la limite du voyeurisme, tapi entre les arbres, l’artiste impose un regard en retrait et furtif. Le trait expressif des toiles grand format de la série Dérive semble en effet saisir la scène sur le vif et initie un décalage important entre la représentation et sa matière. L’immédiateté de l’image se confronte à la lenteur d’exécution inhérente au médium et engage une réflexion sur l’inscription temporelle de l’acte pictural. La série marque un effet de durée là où la toile unique signe une vision hors du temps. La répétition du motif autorise en ce sens le déploiement de l’instant dans les temps disjoints de l’exécution et de la contemplation.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s connecté·e·s

Créez-vous un compte gratuit pour lire la rubrique complète !

Se créer un compte
Cet article parait également dans le numéro 92 - Démocratie
Découvrir

Suggestions de lecture