Dans l’atelier de Kuh Del Rosario

Maude Johnson

105_CHR_Jonhson_KuhDelRosario_vuedatelier_03
Photos : Alain Beauchesne

Kuh Del Rosario arrive à Tiohtià : ke/Mooniyang/Montréal en janvier 2020, tout juste avant que la pandémie n’éclate et que ne soient imposées les mesures de confinement qui teintent toujours notre quotidien. D’origine philippino-canadienne, Kuh nait à Manille et grandit à Calgary. Elle passe trois ans sur l’ile de Batan, aux Philippines, où elle tient une résidence d’artistes dans la maison familiale héritée à la mort de son père, puis prend la direction de Montréal pour entreprendre une maitrise en beaux-arts au département de sculpture de l’Université Concordia. C’est là que je la retrouve, dans un atelier partagé avec d’autres étudiant·e·s, pour discuter de sa démarche et de ses projets.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner

Suggestions de lecture