editorial

63 - Mutual Actions - Printemps / été - 2008
Sylvette Babin

This issue on “Mutual Actions” is an exploration of two overlapping notions: interactivity, which refers mainly to the relationship between a person and a machine—notably in technological pieces calling for the viewer’s participation—and interaction, which elicits a connexion between individuals, i.e., the artist and members of the audience. In both cases, we can turn to the word “spect-actor,” a neologism which despite its sometimes arbitrary use raises exactly this question of active participation on the part of the viewer in contemporary artistic practices. This participative aspect, although it goes back a long way, still deserves to be questioned not only in terms of its constitutive modalities, but also with regards to its genuine efficiency in opening up to the Other.

Our theme was put forward to writers as a series of questions, and some of our contributors drew directly from them for inspiration. Here are some examples. Has technology become a necessary interface to address interactivity? How can the artist’s role be differentiated from that of the participant or the work itself? How can we rethink the public sphere and intersubjectivity under the sway of technique? Is the image a passive or active entity? Does it accept the gaze or is it a vehicle for subjection? Can it be grasped as a pragmatic entity, i.e., as the subject of mutual action? In a society of the spectacle, what does participation mean? Does the sphere of mutual action go beyond the sphere of representation? Has contemporary art succeeded in renewing mutual action as effective political action?

Deliberately open to various perspectives, this issue tries to answer one or several of these questions. It features essays reflecting upon practices that use so-called relational strategies or questioning the idea of interactivity as such, as well as analyses of various media and web art practices. The writers also examine more indirect or symbolic types of participation, with mirrors and reflection acting as forms of engagement with the viewer. From the practices studied here, be they interactive or interactional, a constant seems to emerge: the desire to develop a less autarchic form of art. It is in fact the main objective of mutual actions. Do these so-called interactive technological apparatuses make it really possible for the viewer to interact with or even modify the work? Do interactional works truly open zones of significant exchange between artist and viewer? These questions remain open.

[Translated from the French by Colette Tougas]

62 - Fear II - Hiver - 2008
Sylvette Babin

The Other Fear
By Sylvette Babin

From the thoughts shared by authors and artists alike, it’s hard not to notice how widespread fear is in our lives. The publication of this second issue on the theme of fear allows us to further examine the vast expanse of human anxieties. Designed as a diptych, the issues graphically mirror and complement one another (beginning with the reversed translation of the word on the covers) with texts and images that explore fear in various social and emotional manifestations through a vast array of artistic mediums. Aside from film and video (more readily associated with the theme), painting, installation, performance and web art have been addressed in both issues.

Of all the fears that overwhelm us—death being the ultimate one—fear of the other seems the most common. It is at least the most worrying, judging by the multiplicity of conflicts that stem from it. It’s an insidious fear, often based on ignorance, that hits us at our most vulnerable—cultural identity, for example—and that finds social justification in collectively acknowledging some sort of “threat.” Fear of the other is increasingly accepted, even encouraged as a normal attitude towards otherness. In such a context it’s not surprising that fear of the other is mentioned in most of the essays published in this issue. Thus, strangeness is evoked as an artistic means of disruption (Albano); fear as well as citizens’ and artists’ reactions to it are observed in various political and economical contexts (Llevat Soy, Krpic); the doctoring of information to create panic situations and the role of the media in fabricating fear are also analysed (Cramerotti, Paris). On the latter, the notion of “creative propaganda” suggests that fear campaigns are not the prerogative of the media or of power structures but that they are also used as means of persuasion by organisations involved in “noble” causes.

But fear is not solely political, writes André-Louis Paré, it also has to do with our being-together. The fear of death and of the everyday, the difficulty of life in society, and the fear of difference or the fear of rejection for one’s own singularity are some of the affects that artists explore in these pages. Moreover, whereas most of the essays deal with various attitudes of mistrust against the Other, Alberto Aceti expresses with a wry sense of humour his own fear that religious fundamentalisms might become obstacles to freedom of expression. His position certainly has the potential to rekindle the debate on intolerance but it also reminds us that embracing the other is not just a nice theory. The almost clichéd example of reasonable accommodations in Quebec shows us that the much needed recognition and respect of differences requires first and foremost the ability to recognise one’s self in order to defeat the fear of loosing one’s identity. From all of this, let’s remember how important encounter and presence are in bringing down the culture of fear. Being-together not only opposes isolation and the formation of media fed opinions, it also gives us the opportunity to learn directly about and from the other.

[Translated from the French by Colette Tougas]

61 - Fear - Automne - 2007
Sylvette Babin

Fight Fear
By Sylvette Babin

Never until now has fear been such an intriguing subject of research. A natural reaction that was once triggered by the presence of a stranger or when facing danger, fear has considerably changed through civilization. Brand new fears have surfaced. Existential angst and modern phobias, fear of the Other and of difference, psychoses and paranoia—all are more or less grounded anxieties and terrors that are nevertheless more devastating than the ancient defence reflex. Today fear has become a tool for manipulation and propaganda, and an excellent means of social control. By exploiting social fears such as xenophobia and the fear of terrorism, those in power have at their disposal all the necessary pretexts to use defensive or offensive strategies that often serve economic rather than common interests. In the name of public security, considerable amounts of money are invested in armament and the deployment of “preventive” forces. Incidentally, the Canadian Forces have developed this year an important and costly recruiting campaign. In ads on T.V. and the web, one can read, “Fight fear. Fight with the Canadian Forces.” Somewhat of a media stunt, the slogan is efficient and can adapt to any situation. No need to question the relevance and foundation of an armed conflict; the “enemy” that needs to be defeated—fear—is inside each and every one of us. Who would dispute its existence? Who would question the army’s participation in any conflict when fear is the new enemy we all hope to defeat?

Fortunately, other individuals, less prone to use arms or engage in combat, have found fabulous antidotes to fear. For example, there is art and, through it, poetry and humour. It is noticeable in Nedko Solakov’s work Fear, presented this year at the Documenta in Kassel. This series of 99 drawings illustrates various fears felt or observed by the artist, accompanied by captions that are both funny and bitingly cynical and lucid. This caustic humour is also present in the anagram Run from Fear, Fun from Rear, a neon sign by Bruce Nauman, recently on view at the Musée d’art contemporain de Montréal. Although the meaning of the work is open-ended, I find that suggesting pleasure rather than flight in overcoming fear is a far more interesting solution, and I would irreverently propose that the Armed Forces adopt it as their new motto.

Writers were quite stimulated by the theme of fear, and so we have decided to make it the subject of two consecutive issues. This first issue examines the phenomenon of conspiracy theories, the fear of the Other—or the fear of not being recognized by the Other—and offers analyses of works, actions and places dealing with fear and terror. Moreover, with this 61st issue of esse we are introducing our new bilingual format. After twenty-three years, our publication having increased international presence, we felt we should accommodate English-speaking readers. Welcome!

[Translated from the French by Colette Tougas]

60 - Canular - Printemps / été - 2007
Sylvette Babin
L'art est un canular, promotion of the movie Rechercher Victor Pellerin, 2006. Photo: courtesy of Atopia Distribution

[In French]

Le canular est un canular

Remarqué pour l’humour ou le cynisme qui lui serait intrinsèque, le canular a souvent été associé à des critiques cinglantes d’une structure institutionnelle, politique ou d’un mouvement artistique. Est-ce toujours le cas ? Une recrudescence de la pratique invite à questionner les motivations qui la génèrent.

Sommairement, un canular serait une fausse nouvelle propagée sous les traits d’un fait véridique. Pourtant, quelques recherches amènent à constater que le sens donné au mot prend de multiples avenues et témoigne d’une certaine confusion entre lui et ses proches voisins que sont la mystification, le pastiche, le simulacre, la parodie ou la fiction. Certes, ces actions se ressemblent en ce qu’elles cherchent à mystifier le public en jouant sur l’authenticité du médium ou du message, et c’est justement ce qui a retenu notre attention dans ce dossier, qui aborde notamment les notions de vérité, d’authenticité et d’auctaurialité.

Le foisonnement des canulars sur les scènes médiatique et artistique nous incite à observer les intentions des imposteurs, leurs cibles et les moyens utilisés pour atteindre celles-ci. Ainsi, depuis les toutes premières manifestations canularesques, les vecteurs de propagation les plus efficaces ont certainement été les médias. Le cas du célèbre canular d’Orson Welles qui, en 1938, annonçait sur les ondes de CBS l’invasion de la planète par des extra-terrestres, est notoire(1). Si, aujourd’hui, les réseaux médiatiques sont encore prisés par les mystificateurs, l’Internet est devenu un outil de choix. De la vulgaire alerte aux virus, aux fausses lettres de solidarité, aux légendes urbaines de toutes sortes, ces nouveaux hoax, envoyés par centaines vers nos ordinateurs, tentent, souvent avec succès, d’éprouver notre crédulité(2).

Cette multiplication croissante des canulars devrait probablement témoigner du positionnement de leurs auteurs envers les cibles visées. Dans une analyse portant sur le hoax (typique au web), André Gattolin et Emmanuel Poncet affirment : « depuis quelques années les hoax se sont imposés comme une véritable arme de dérision massive, en même temps qu’un moyen inédit de réactiver la critique sociale et rouvrir le champ de l’utopie politique(3) ». Nous pouvons en effet répertorier quelques pratiques activistes usant du canular ou de l’imposture pour s’attaquer à des structures économiques ou politiques, ou pour dénoncer publiquement des actions menées par certaines multinationales. À mi-chemin entre l’art et l’activisme, les Yes Men(4), qui ont notamment créé de nombreux faux sites d’entreprises et usurpé l’identité de leurs représentants, sont un exemple éloquent d’un tel engagement. Néanmoins, ce ne sont pas tous les canulars qui ont cette dimension critique. À cet effet, Gattolin distingue le hoax du canular en associant à ce dernier « [u]ne dimension divertissante qui efface ses enjeux, un rituel convenu et sans risque dysphorique ou subversif tant ses effets paraissent négligeables(5). » Nombre de gags et de supercheries ne créent effectivement ni malaise ni subversion dans le milieu où ils sont propagés ; au plus parviennent-ils à mettre en scène leur auteur. À titre d’exemple, au Québec, nous apprenions tout récemment qu’un individu nommé Franco Fiori avait réussi, pendant près de 8 ans, à déjouer la vigilance de plusieurs recherchistes en se faisant inviter, sous de multiples identités, sur les ondes d’une vingtaine d’émissions télévisées populaires. Si la supercherie pouvait vaguement ressembler à celle des Yes Men, le résultat ne servait que les intérêts personnels d’un individu souhaitant se faire voir à la télé(6). Plusieurs canulars artistiques s’avèrent aussi des espiègleries sans conséquence. Qui plus est, leurs auteurs revendiquent parfois l’absence de critique envers qui ou quoi que ce soit. Qu’il s’agisse là d’une démission envers les grandes questions sociales et politiques, d’une simple peur de prendre position ou d’une attitude politiquement correcte, l’heure semble plus à la bonne blague qu’à l’engagement.

Le milieu de l’édition n’est évidemment pas exclu de la mire des imposteurs. Si l’usage du pseudonyme n’est pas en soi une forme de canular, il a néanmoins servi au succès de nombreuses impostures littéraires (pensons notamment au double prix Goncourt de Romain Gary alias Émile Ajar). Aussi, comme plusieurs autres revues, esse a fait l’objet de quelques tentatives d’auteurs voulant, sous diverses identités, rendre compte d’œuvres réelles ou imaginaires, ou simplement tester sa vigilance éditoriale. Nous en avons dépisté quelques-uns, mais peut-être avons-nous aussi été victimes ou même complices de quelques autres... Le temps nous le dira puisque le succès d’un canular tient à son dévoilement  !

Une lecture de ce dossier permettra de constater la grande diversité des pratiques utilisant ou côtoyant le canular. Tantôt cinglantes, parfois amusantes, les petites et grandes impostures présentées ici tracent le portrait d’une autre attitude irrévérencieuse souvent chère au monde de l’art et qui, parfois, arrive encore à choquer. Si l’intention de ce dossier était de suggérer que tel ou tel canular est certainement de l’art, comment faut-il entendre la phrase en couverture : L’art est un canular ? Cette affirmation n’est pas anodine, car pour de nombreux publics réfractaires, l’art contemporain est encore considéré comme une supercherie. La maxime prend un tout autre sens si l’on accorde à l’art une position critique face aux discours osant se poser comme Vérité. Enfin, la capacité d’autodérision de l’art actuel et de ses artistes compense peut-être l’absence d’esprit critique de certains usages du faux.

NOTES
1. Il s’agissait d’une adaptation pour la radio du roman La guerre des mondes de H.G. Wells, dans le cadre de l’émission Mercury Theater on the air. Une transcription partielle en français est disponible sur le site de Macadam Tribu au www.radio-canada/refuge/guerredesmondes2.asp.
2. À titre d’exemple, un hoax mentionnant que l’ingestion de Coke diet et de bonbons Mentos aurait tué un enfant... Certains croient, à tort, que ces hoax réussissent à nuire aux multinationales ciblées, alors qu’ils parviennent plutôt à leur faire de la publicité gratuite. Sur hoaxbuster.com, on mentionne : « Les dirigeants de la marque Mentos estiment [...] avoir économisé 10 millions de dollars grâce à cette campagne de pub exceptionnelle ».
3. André Gattolin et Emmanuel Poncet, Canular et utopie politique, Multitudes, no 25, été 2006.
4. Lire à cet effet l’article de Stephen Wright publié dans le numéro 56 de esse, dossier Irrévérence, hiver 2006.
5. André Gattolin, Prélude à une théorie du hoax et de son usage politique, Multitudes, no 25, été 2006.
6. Si le jeune homme a affirmé vouloir passer un message écologique dans l’une de ses apparitions télévisées, il n’a fait qu’y répéter, dans un discours infantile, une suite de lieux communs.

59 - Bruit - Hiver - 2007
Sylvette Babin

[In French]

De la dissonance subtile à l’agression sonore, le bruit porte en lui une incroyable gamme d’affects modulés par la perception de celui ou celle qui l’entend. Si cette perception est souvent subjective – nous n’écoutons pas les bruits de la même manière –, elle est aussi influencée par des éléments tout à fait extérieurs à notre volonté, car nous n’entendons pas les bruits de la même manière.

Chez le malentendant, par exemple, le bruit est souvent rassurant parce qu’il fait obstacle au silence et à l’isolement. Cependant, expérimenter le son à travers une prothèse auditive transforme le simple jet d’un robinet ouvert – ou le va-et-vient des voitures un jour de pluie – en un bruit de cascade assourdissant. Le non-voyant aussi expérimente le bruit de façon singulière. Nous pouvions le constater dans la performance Blind City, de Francisco López, lors de l’événement Cité invisible de Champ Libre, où l’on nous invitait à effectuer un parcours d’une heure ou deux dans la ville, les yeux bandés et, surtout, guidés par un aveugle. Ceux qui ont fait l’expérience comprendront certainement si je dis que les bruits de la ville deviennent des repères, que la musique, même belle, des musiciens dans le métro enlève toute possibilité de s’orienter et que, pour l’aveugle aussi, le bruit du va-et-vient des voitures sous la pluie est un obstacle à l’audition, sa vision.

L’audition, et parfois la vision, est donc un facteur important dans la perception des sons, mais sur lequel nous n’avons que peu de contrôle. L’écoute, au contraire, transforme inévitablement notre façon de percevoir les bruits, mais aussi notre façon de les appréhender. À la fois psychologique et culturelle, influencée par des réflexes affectifs et des acquis sociaux, l’écoute contribue au devenir-son du bruit, un devenir-son qui le débarrasserait de sa connotation souvent péjorative.

Pour quiconque s’intéresse à l’étude des bruits, la ville est inévitablement un lieu à explorer. Son bassin riche en matériaux sonores en fait une source d’inspiration pour de nombreux artistes, et cela au moins depuis les futuristes italiens. Le manifeste L’art des bruits, de Luigi Russolo, cité par plusieurs auteurs de ce dossier, a d’ailleurs été le coup d’envoi de l’art bruitiste. Oublions la désolante fascination pour les « grandes batailles » et l’éloge à la « guerre moderne » exprimée dans ce manifeste et retenons plutôt que « [l]e bruit a le pouvoir de nous rappeler à la vie » et que « [n]ous nous amuserons à orchestrer idéalement les portes à coulisses des magasins, le brouhaha des foules, les tintamarres différents des gares, des forges, des filatures, des imprimeries, des usines électriques et des chemins de fer souterrains ». C’est à cet intérêt pour une reformulation artistique des bruits de toutes sortes que nous nous attardons ici, à travers une prise de conscience et une écoute différentes des sons qui nous entourent. Nous posons un regard sur le bruit dans ses diverses manifestations artistiques, c’est-à-dire au moment de son insertion dans le champ de l’art – visuel et audio.

Trois tendances principales semblent se démarquer : le bruit utilisé pour sa « musicalité » (la création d’œuvres musicales à partir de bruits chez Schaeffer), le bruit référentiel (la création d’œuvres sonores non musicales dans les installations de Bouvard), et finalement sa création mécanique ou technologique dans une œuvre, le bruit étant généré par l’œuvre elle-même (les sculptures sonores de Gauthier ou les performances de Migone).

Ce numéro propose bien sûr quelques analyses du bruit dans le domaine de la musique, soit en abordant les techniques d’enregistrement et de manipulation des sons (la phonographie, l’échantillonnage) ou en observant son application dans divers contextes de création et de diffusion. On constate, par exemple, que lorsqu’il est introduit dans une œuvre musicale, le bruit tend souvent à être « domestiqué » (Saladin), à être « récupéré » par la musique. Du côté des arts visuels, on observe la mise en espace du bruit, voire sa mise en image, à travers les installations sonores ou l’art vidéo. C’est peut-être dans ces contextes qu’il résiste le mieux à la musicalité, employé plutôt pour ses qualités esthétiques ou pour ses références à la réalité. Nous verrons aussi qu’il y a souvent une dimension critique ou politique aux œuvres sonores et bruitistes : ébranlement du sujet (Gagnon), commentaire social (Uzel, Saladin) ou conscience environnementale (Ripault) font ainsi partie des préoccupations de plusieurs des artistes mentionnés dans ce dossier.

Nommer le bruit n’est pas l’entendre. Écrire sur le bruit dans les pages silencieuses d’une revue fait nécessairement appel à l’imagination, mais s’avère parfois une expérience frustrante pour le lecteur et ingrate pour les œuvres sonores. Pour tenter de combler cette lacune, nous proposons, sur notre site web, quelques extraits des œuvres ou des bruits traités dans ces pages. Ainsi, tous au long du dossier, l’icône entourant le titre d’une œuvre citée ou le nom d’un artiste signale qu’on peut en écouter un extrait au www.esse.ca/bruit. De la même façon, on pourra écouter les œuvres sonores des trois artistes invités dans notre nouvelle section portfolio.

Pages

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598