Rajni Perera Traveller 5, 2019 ; Bust 2, 2019.
Photos : permission de | courtesy of the artist & Patel-Brown Gallery, Toronto

Les mondes que construit Rajni Perera prophétisent les possibles à-venir des cultures diasporiques pour les personnes autochtones et racisées. Les êtres qui peuplent ses horizons sont hybrides, mutés, en fusion avec la nature ou les éléments comme le feu et l’eau. Leurs corps dépassent les conceptions humaines de sexe et de genre et font éclater le prisme du pouvoir blanc dans une perspective décoloniale. Tout en activant les codes de la science-fiction et du transhumanisme, Perera télescope passé et futur en s’inspirant des récits ancestraux non occidentaux pour imaginer les prochaines formes humanoïdes.

Cet article est réservé aux visiteur·euses avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous ou connectez-vous à Esse pour lire la rubrique complète !

S’abonner
Se connecter
Cet article parait également dans le numéro 100 - Futurité
Découvrir

Suggestions de lecture