Fonderie Darling, Montréal, juin 2005.

La Citation de Chevrolet est conçue au milieu des années 1970 en ­réaction aux voitures japonaises plus économiques qui avaient gagné la faveur populaire pendant la crise du pétrole. C’est la ­première ­voiture légère, traction avant et monocoque produite par une major américaine. Après plus de 5 ans de recherches et de ­développement, Brigitte Hayes, étudiante à la Sorbonne en histoire de l’art de 1977 à 1982 trouve le nom Citation pour son mari Phillip Hayes, Directeur général de la division Chevrolet de 1978 à 1984 et en charge du projet novateur. La voiture, en plus d’être un succès critique, est adoptée par certains artistes très en vue du début des années 1980, dont Mike Bidlo et Elaine Sturtevant pour qui le ­modernisme a mené à une esthétique de la citation : la reprise d’éléments, de motifs et même ­d’œuvres tirés de l’histoire de l’art récent. Pour la Citation de Chevrolet, on semble avoir adopté la même approche. Au lieu ­d’innover à partir de la ­technologie automobile existante, Chevrolet a choisi de miser sur la ­citation en réunissant en un ­véhicule les « meilleurs ­éléments de l’histoire ­automobile » (brochure ­promotionnelle, 1979). 

Le projet Citation (été 2005) est né d’une volonté de ­diriger un ­projecteur sur cette rencontre fortuite entre l’histoire de l’art et ­l’histoire de l’automobile. Une Citation est suspendue au ­plafond d’une fonderie et ces composantes sont retirées, moulées et ­reproduite en cire d’abeille avant d’être réintroduite dans la voiture. Derrière ce champ de travail, dans des présentoirs et sous plexi, les histoires parallèles de la citation artistique postmoderne et de la Citation de Chevrolet sont racontées à l’aide d’artéfacts et de ­documents ­photographiques et vidéographiques.

Cet article parait également dans le numéro 60 - Canular
Découvrir

Suggestions de lecture