Emily Jacir La Mia Mappa, vue d’installation | installation view, Alexander and Bonin, New York, 2018.
Photo : Joerg Lohse, © Emily Jacir, permission de | courtesy of Alexander and Bonin, New York

Comment continuons-nous d’exister ? C’est la question que pose Guy Mannes-Abbott dans son chapitre sur l’œuvre d’Emily Jacir (Dissonant Archives: Contemporary Visual Culture and Contested Narratives in the Middle East, 2015). Pour les artistes et les gens vivant et travaillant en zones de conflit, il existe une relation complexe entre survie et méthodologie qui se traduit par une production culturelle imaginative et générative, ce malgré les conditions oppressantes. Cette question – les méthodes et la résilience – se rapporte directement à la pratique de Jacir, qui conteste et examine les formes dominantes du pouvoir.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 96 - Conflits
Découvrir

Suggestions de lecture