Hyewon-Keum-R23-Cloud-Shadow-Spirits-2013
Hyewon KeumR23, 2013, de la série Cloud Shadow Spirit, 2013-2014. Photo : permission de l’artiste

La famille multiespèce

Deirdre Madeleine Smith
« La plupart des gens l’ignorent, mais il y a un boum d’animaux domestiques », déclare John « Cal » Harberts, le gentil et pragmatique propriétaire du Bubbling Well Pet Memorial Park à Napa, en Californie, dans le documentaire Gates of Heaven (1978) d’Errol Morris1 1 - Errol Morris (réal.), Gates of Heaven/Vernon, Florida, Two Films by Errol Morris [DVD], The Criterion Collection, 2015 [1978 et 1981], 138 min. [Trad. libre]. « Et cela est dû au nouveau modèle de vie familiale qui a émergé au cours des 10 à 15 dernières années », ajoute-t-il. Après avoir affirmé que « la pilule » et l’entrée des femmes dans le marché du travail poussent les jeunes couples à retarder le moment d’avoir des enfants, Harberts avance : « C’est bien du point de vue de la planification, mais on ne peut pas faire fi de la nature. Quand une jeune mère rentre à la maison, elle a besoin de quelque chose à caresser, à materner, à aimer. Alors, elle a un animal de compagnie. »

Le commentaire de Harberts, avec son sexisme et son spécisme bienveillants, est un indicateur du changement qu’on voyait s’opérer dans la vie familiale aux États-Unis – changement qui, espérait-il, assurerait la viabilité de son entreprise. Comme le montre de manière plus générale le documentaire de Morris, le cimetière pour animaux est un bon point de départ pour réfléchir à l’apport des animaux de compagnie dans les structures humanisées de la parentalité et du lien conjugal aux 20e et 21e siècles.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Pages intérieures Esse 107 Famille
Cet article parait également dans le numéro 107 - Famille
Découvrir

Suggestions de lecture