85_DO01_Emerling-Preziosi_Buren_Photos-souvenirs au carré 2
Daniel Buren Photos-souvenirs au carré, Lisson Gallery, Londres, 2011. © DB / Sodrac (2015)
Photo : Andrew Meredith

Kunstgriff : l’art est un évènement, pas une marchandise

Donald Preziosi
Jae Emerling
Alors nous revoici, peut-être un peu plus fatigués cette fois, en train d’affronter la réduction de l’art à un simple produit de luxe, au moment même où ses aptitudes mystérieuses à construire et à exprimer des expériences collectives décentrées nous sont le plus nécessaires. Et l’on ne peut s’attendre aujourd’hui à ce que les artistes résolvent le problème. Ils forment une industrie, ces pseudoradicaux empruntant de vagues gestes politiques d’il y a quelques décennies pour proposer au client des foulards Hermès (Daniel Buren) ou des sacs Louis Vuitton (Cindy Sherman), ces jeunes millionnaires arpentant, par milliers, les salles exsangues des musées d’art et, plus tard, les salles cossues des maisons d’enchères1 1 - En 2010, Daniel Buren a produit 365 « carrés Hermès », des foulards de soie collectivement intitulés Photos-souvenirs au carré qui reprennent les célèbres rayures verticales noir et blanc (son « signe » pictural) ayant joué un rôle de premier plan dans sa critique radicale des institutions, dans les années 1960 et 1970. Cindy Sherman fait partie des « iconoclastes » de Louis Vuitton. Dans le contexte du projet Une célébration du Monogram, en 2014, elle a décidé de revisiter une malle de voyage, au sujet de laquelle elle a dit : « J’imagine qu’une princesse saoudienne pourrait s’en servir. » [Trad. libre]. Non. Ce qu’il faut à présent, pour un certain temps en tout cas, c’est que nous tous, les autres – le public de l’art, la masse des (non-)artistes et des (non-)consommateurs – confessions notre silence et le caractère convenu de nos arguments concernant l’importance de l’art.

Que doit devenir l’art pour répondre à nos besoins (ceux des 99 % restant) ? Quelles aptitudes et quels affects l’art peut-il encore stimuler ? À part le capital, quelles sont les forces capables de motiver notre relation avec les œuvres, de la rendre incontournable ?

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 85 - Prendre position
Découvrir

Suggestions de lecture