Transcender la matière et pervertir les objets

L’art comme terrain de jeu chez BGL

Thierry Davila
Choisi pour représenter le Canada à l’occasion de la 56e Biennale de Venise (2015), le groupe BGL – désignation forgée à partir de l’initiale du nom de chacun de ses trois membres (Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière) – réalise, depuis le milieu des années 1990, un travail à la fois provocant, déroutant et plastiquement exigeant. Child projet italien repose sur une reconfiguration entière du pavillon canadien, comme ont pu le faire dans un esprit tout à fait différent Gregor Schneider pour le pavillon allemand en 2001 et Mike Nelson pour le pavillon anglais en 2011. À l’occasion d’un entretien croisé entre un regard proche (Marie Fraser) et un autre plus distancié (Thierry Davila) portés sur son parcours et sur Canadassimo, child installation vénitienne, BGL nous donne quelques pistes pour mieux comprendre ce «terrain de jeu» qu’est pour lui l’espace dans lequel évolue l’art aujourd’hui. 

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 84 - Expositions
Découvrir

Suggestions de lecture