87_DO02_White_Pei-Ying Lin_PSX Consultancy sex toy concept
Pei-Ying Lin, Dimitris Stamatis, Jasmina Weiss & Špela Petrič PSX Consultancy sex toy concept, 2014.
Photo : Pei-Ying Lin & Dimitris Stamatis, © Pei-Ying Lin, Dimitris Stamatis, Jasmina Weiss & Špela Petrič

Entrer en relation avec l’Autre végétal

Amanda White
Dans un ouvrage intitulé Vibrant Matter, Jane Bennett propose une réflexion autour de la question suivante : « Si nous prenions au sérieux la vitalité des organismes non humains, en quoi les réponses politiques aux problèmes d’ordre public seraient-elles différentes1 1 - Jane Bennett, Vibrant Matter: A Political Ecology of Things, Durham, Duke University Press, 2009, p. viii. [Trad. libre]? »

Pour Bennett comme pour d’autres penseurs, le non-humain ne se limite pas à l’animal ; il concerne aussi les entités que Bruno Latour qualifie d’« actants », c’est-à-dire toute « chose » capable d’agir en tant qu’agent ou force, qui possède des trajectoires et des tendances propres 2 2 - Ibid. Bennett se réfère à la théorie élaborée par Bruno Latour dans Politiques de la nature : comment faire entre les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 2004.. La question soulevée par Bennett s’inscrit dans un vaste projet – complexe, il faut l’admettre – visant à décentrer l’humain en cette ère éminemment anthropocentrique. Pour qui veut s’exercer à cette tâche, la modeste plante offre un excellent modèle et un bon point de départ tant sur le plan matériel que conceptuel.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 87 - Le Vivant
Découvrir

Suggestions de lecture