Philippe Hamelin
Carnations

Nathalie Bachand
Commissaire : Michèle Thériault Galerie Leonard & Bina Ellen, Montréal, du 30 aout au 21 octobre 2017
Philippe Hamelin Translation, 2012, de la série Sci Fi Haïkus (gauche) ; Vivariums, vue d’installation, 2017.
Photo : Paul Litherland, Studio Lux, © Leonard & Bina Ellen Art Gallery, Université Concordia
Commissaire : Michèle Thériault Galerie Leonard & Bina Ellen, Montréal, du 30 aout au 21 octobre 2017

Carnations de l’artiste Philippe Hamelin réunit au total huit œuvres produites entre 2012 et 2017. S’il est évident que leur dénominateur commun est un travail d’image de synthèse et d’animation, ce qui caractérise aussi ces œuvres – d’un angle ontologique – est leur « substance » numérique, constituée de 0 et de I. Car si l’image de synthèse nous est visible, c’est parce qu’une machine en a calculé l’équation révélant volumes et textures. Et cette image n’est jamais qu’une surface, une peau derrière laquelle s’agencent des nombres.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s connecté·e·s

Créez-vous un compte gratuit pour lire la rubrique complète !

Se créer un compte
Cet article parait également dans le numéro 92 - Démocratie
Découvrir

Suggestions de lecture