Maude Arès & Massimo Guerrera
États fluides : entre la dureté du faire
et la délicatesse des fards à joues

Julie Faubert
Galerie B-312, Montréal du 20 janvier au 12 mars 2022
105_CRL_Faubert_Ares&Guerrera_03
Maude Arès & Massimo Guerrera États fluides : entre la dureté du faire et la délicatesse des fards à joues, vue d’installation et de la performance, 2022.
Photo : Guy L’Heureux
Galerie B-312, Montréal du 20 janvier au 12 mars 2022

Un petit groupe se forme près des grandes fenêtres de la galerie. Les artistes sont assis sur des couvertures qui recouvrent des matelas posés au sol. L’une tend la main dans le vide qui sépare encore leurs corps. L’autre l’enlace ensuite de sa main à lui, moitié prise, moitié effleurement. Elle presse maintenant un peu d’argile à la base du V que forment deux de ses doigts, à lui. Il fait de même avec les siens, à elle. Et se construit entre leurs corps une forme, une architecture fragile faite de minces tiges en tension, de gouttes de teinture et de mousses quasi invisibles.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s connecté·e·s

Créez-vous un compte gratuit pour lire la rubrique complète !

Se créer un compte
Cet article parait également dans le numéro 105 - Nouveau nouvel âge
Découvrir

Suggestions de lecture