Walid Raad / The Atlas Group, Let’s Be Honest, the Weather Helped (Iraq), 1998.
photo : © Walid Raad, permission de | courtesy of Paula Cooper Gallery, New York

La fiction est traitée comme une réalité et les faits peuvent constituer des fictions crédibles dans les œuvres réunies par l’artiste libanais Walid Raad, qui prétend travailler sous les auspices d’un collectif fictif appelé The Atlas Group. Les frontières entre l’histoire et la fiction ainsi qu’entre la paternité individuelle et collective des œuvres sont non seulement rigoureusement remises en question, mais complètement érodées. En réalité, le collectif est le projet artistique de Raad ; il se dit dépositaire d’archives historiques visuelles rassemblées par l’artiste lui-même dans le but de documenter et d’explorer l’histoire contemporaine du Liban, en particulier la guerre civile qui s’est déroulée dans ce pays entre 1975 et 1991.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 76 - L’idée de la peinture
Découvrir

Suggestions de lecture