Vue d'exposition | exhibition view, Michael Blum, Notre histoire || Our history, Galerie de L’UQAM, Montréal, 2014. Photo : L.-P. CÔTÉ

Après son exposition Guerre et paix chez VOX au printemps 2014 consacrée au périple québécois de « l’ennemi public numéro 1 » français Jacques Mesrine, Michael Blum poursuit avec l’exposition Notre histoire || Our History son investigation de l’histoire du Québec. Le projet est ambitieux, pour ne pas dire titanesque : exposer la dualité identitaire québécoise et canadienne des « origines » à nos jours. Réalisé dans le cadre du programme de résidence de la Galerie de l’UQAM où il était présenté du 2 septembre au 4 octobre 2014, il a commencé en février 2014 par un sondage envoyé par courriel à plus de 600 personnes du milieu des arts et de la culture. Ce sondage portait sur la définition du Québec, sur les différences entre le Québec et le Canada, sur une possible langue de substitution au français et à l’anglais. On y trouvait également cette question : « Si un musée devait conserver l’histoire des différences entre le Québec et le Canada, comment l’envisageriez-vous ? » Michael Blum répond lui-même à cette question par son exposition qui se présente comme un musée, ou plus exactement comme deux musées, l’un consacré à l’identité québécoise et l’autre à l’identité canadienne. L’exposition appartient donc au genre des « musées d’artiste » dans lequel, comme le précise Anne Bénichou, qui vient de consacrer un ouvrage à cette question, « l’artiste n’est pas tant un producteur d’objets, qu’un manipulateur de signes1 1 - Anne Bénichou, Un imaginaire institutionnel. Musées, collections et archives d’artistes, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 27. ». En effet, le travail de Michael Blum a consisté à créer un récit qui a servi de mise en espace à une très vaste gamme d’objets censés refléter un pan de l’identité québécoise et canadienne (restes humains, œuvres d’art, objets de consommation courante, outils, artéfacts archéologiques, objets liturgiques…). Ce récit est accessible par les textes de présentation de chacune des sections du musée imaginaire de Blum, mais aussi par les cartels très élaborés qui accompagnent chacun des objets, précisant leur origine et leur signification pour « notre histoire ». 

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 83 - Religions
Découvrir

Suggestions de lecture