Maryse Goudreau

Aseman Sabet
  • Maryse Goudreau, Pour ceux qui ne les voient pas, 2015. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Rejouer la pouponnière (étude numéro 4528), 2018. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Pour ceux qui ne les voient pas, capture vidéo, 2015-2106. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Pour ceux qui ne les voient pas, capture vidéo, 2015-2106. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Pour ceux qui ne les voient pas, capture vidéo, 2015-2106. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Pour ceux qui ne les voient pas, vue d'installation, 2015-2106. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Pour ceux qui ne les voient pas, capture vidéo, 2015-2106. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Pour ceux qui ne les voient pas, vue d'installation, 2015-2106. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Mise au monde, capture vidéo, 2016-2017. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Mise au monde, capture vidéo, 2016-2017. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Mise au monde, capture vidéo, 2016-2017. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Mise au monde, capture vidéo, 2016-2017. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Mise au monde, capture vidéo, 2016-2017. Photo : permission de l'artiste
  • Maryse Goudreau, Mise au monde, capture vidéo, 2016-2017. Photo : permission de l'artiste

Le corpus multidisciplinaire de Maryse Goudreau se déploie sous forme d’ensembles d’archives thématiques composées d’œuvres produites dans la durée, sur plusieurs années. C’est dans cette perspective que l’artiste développe depuis 2012 Études du béluga, vaste série de documents visuels, textuels et performatifs consacrée à l’histoire sociale de ce mammifère marin dont les échos dans le paysage politique et culturel en renforcent le potentiel symbolique tout en sollicitant la mémoire collective.

Installée dans le terminal de la gare fluviale de Baie-Comeau, Pour ceux qui ne les voient pas (2015-2017) comprend une série de cinq sculptures en marbre conçues comme des maquettes de dorsales de béluga réalisées à partir de photo--identifications de chercheurs actifs sur le fleuve Saint-Laurent. Complétant l’installation, une photographie met en scène deux personnes portant sur elles ce qui semble être un costume ou une enveloppe à l’effigie du béluga. La production de cette œuvre s’est faite dans un contexte de revendications écologiques à l’encontre des permis de forage exploratoire dans le fleuve, au large de Cacouna, secteur reconnu comme une pouponnière pour le béluga. L’installation évoque la présence physique de cet animal de plus en plus rare et vulnérable qui, au fil des débats publics, est devenu un symbole des luttes environnementalistes.

Parmi les nombreux volets des Études du béluga, l’essai vidéographique Mise au monde (2017) témoigne de la portée croissante du cinéma dans la pratique de Goudreau. Au-delà de la référence incontournable au film Pour la suite du monde (1963), l’approche hybride de l’artiste se reflète dans une trame narrative habilement fragmentée pour rendre compte de différentes perspectives sur la naissance du béluga. Des images d’archives succèdent ainsi à des séquences allant de l’ile d’Anticosti à la Russie, où la vente de bélugas à des aquariums – impliquant de longues périodes de transport dans des conditions fort contraignantes pour l’animal – est un marché encore existant et où la reproduction en captivité n’a plus cours. La dorsale en marbre, qui réapparait dans le film pour simuler la présence du béluga, révèle parallèlement comment Goudreau articule et recombine ses œuvres au sein d’une même thématique afin de générer de nouvelles configurations documentaires qui, sans imposer de points de vue spécifiques, nous projettent dans le vécu de l’animal.

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597