David Wojnarowicz

History Keeps me Awake at Night

Julia Roberge Van Der Donckt
Whitney Museum of American Art, New York, du 13 juillet au 30 septembre 2018
Wojnarowicz, David
Whitney Museum of American Art, New York, du 13 juillet au 30 septembre 2018
David Wojnarowicz
Arthur Rimbaud in New York, 1978-1979.
Photo : permission de P.P.O.W., New York
[In French]
« [T]ous les matins je me réveille dans cette usine à tuer qu’est l’Amérique et je trimbale ma rage tel un œuf gorgé de sang. » Ces propos, tirés du dernier ouvrage que David Wojnarowicz (1954-1992) fait paraitre avant son décès des suites du sida, incarnent parfaitement l’esprit d’indignation qui anime le travail de cet artiste et militant queer américain. La rétrospective que lui consacre le Whitney Museum of American Art à l’été 2018 aborde d’ailleurs avec justesse la dimension subversive de son œuvre, tout en proposant une mise en contexte efficacement menée, considérant la diversité des disciplines empruntées par Wojnarowicz, de même que la variété des causes qu’il embrasse au cours de sa carrière (droits des minorités sexuelles et des personnes séropositives, liberté d’expression, financement public des arts). Défiant toute catégorisation, la production de cet artiste autodidacte se partage entre la photographie, le graffiti, l’installation, la peinture, la performance, l’écriture, la musique et le film. Portés par une volonté d’exhaustivité, les commissaires David Kiehl et David Breslin ont ainsi fait le pari de monter une exposition résolument hétérogène.

Le parcours s’ouvre avec la série photographique Arthur Rimbaud in New York (1978-1979), composée de portraits d’hommes le visage recouvert d’un masque à l’effigie du célèbre poète français. L’artiste y revendique une identité mouvante, formée dans la promiscuité : « Je est un autre ». Or l’incursion dans les pratiques plus expérimentales du créateur ne commence véritablement que dans la section suivante, où s’offrent à la vue des pochoirs à la peinture aérosol sur fond de musique no wave – Wojnarowicz était membre du groupe 3 Teens Kill 4 –, mise en espace éclatée tranchant avec la scénographie quelque peu austère privilégiée pour le reste de l’exposition. Si la sélection d’un grand nombre de peintures et de films permet de mettre en lumière des aspects plus méconnus de sa pratique, c’est paradoxalement dans une salle entièrement dénuée d’œuvres que la présence de Wojnarowicz se fait la plus puissante. Y résonne sa voix grave caractéristique alors qu’il récite fiévreusement l’un de ses textes sur la crise du sida. Les visiteurs ont alors l’occasion de contempler par une baie vitrée le site où se trouvaient jadis les quais dilapidés longeant le fleuve Hudson, haut lieu de rencontre et de création pour les communautés marginalisées dans les années 1970 et 1980 que l’artiste fréquenta lui-même.

Create your free profile or log in now to read the full text!

My Account
This article also appears in the issue 95 - Empathy
Discover

Suggested Reading