Jean-Maxime Dufresne & Virginie Laganière Media Linien, Olympiadorf (Munich), 2017.
Photo : permission des artistes

Dans l’ombre du sport : Post-Olympiques / Olympic Afterlife

Bernard Schütze
Au-delà des diverses démonstrations de prouesse athlétique et de la compétition qui sont au cœur de cet évènement sportif international de grande envergure, les Jeux olympiques sont le lieu de multiples expressions du spectacle médiatique mettant entre autres de l’avant le nationalisme, l’image de marque d’une ville, la transformation urbaine, la perturbation sociopolitique et les lourds engagements financiers. Accueillir un évènement d’une telle ampleur a un impact à long terme sur les villes où les Jeux sont présentés. C’est sur l’influence tenace et complexe de l’évènement longtemps après la cérémonie de clôture que les artistes Jean-Maxime Dufresne et Virginie Laganière posent leur regard avec leur vaste série d’expositions Post-Olympiques / Olympic Afterlife (2014-2018).

Présenté dans divers contextes, le projet réunit une quarantaine d’œuvres – vidéos, photographies, installations, éléments sonores, textes et objets – qui trouvent tout leur sens lorsqu’elles sont présentées en relation les unes aux autres. L’entièreté du projet est le fruit de recherches sur le terrain et d’explorations artistiques menées dans six villes à l’histoire olympique controversée : Athènes, Beijing, Montréal, Munich, Sarajevo et Tokyo. Il en résulte une réflexion fascinante sur la façon dont le legs de cet évènement emblématique est influencé par les contingences historiques et les gestes inventifs d’appropriation citoyenne, de reconversion des installations et d’intervention politique.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s avec un abonnement Numérique ou Premium valide.

Abonnez-vous à Esse pour lire la rubrique complète!

S’abonner
Cet article parait également dans le numéro 103 - Sportification
Découvrir

Suggestions de lecture