Guillaume Adjutor Provost
Matériellement rien, potentiellement tout

Diagonale, Montréal, du 28 avril au 10 juin 2017
Provost_Matériellement rien
Guillaume Adjutor Provost Matériellement rien, potentiellement tout, vue d'exposition, Diagonale, Montréal, 2017.
Photo : © Guy L'Heureux
Diagonale, Montréal, du 28 avril au 10 juin 2017

Guillaume Adjutor Provost raconte, par le truchement d’une multitude de références mythiques, ses recherches sur le bar montréalais Nuit Magique (1976-1983). Se voulant d’après l’artiste un « acte de mémoire », l’exposition investit une période historique en faisant appel aux figures littéraires de Spiros Zafiris, Leonard Cohen et Henry Moscovitch. Or, ce qu’elle met en lumière, en plus des relations qui se sont développées dans le contexte de Nuit Magique, ce sont surtout celles qui se tissent au sein du corpus et dans l’actualité de l’exposition même – entre les œuvres, les matériaux, les temporalités, les disciplines, les publics, les histoires.

Cet article est réservé aux visiteur·euse·s connecté·e·s

Créez-vous un compte gratuit pour lire la rubrique complète !

Se créer un compte
Cet article parait également dans le numéro 91 - LGBT+
Découvrir

Suggestions de lecture