Lucía Cuba

Clelia Coussonnet
  • Lucía Cuba, Action 1, “Lo justo es difundir”, 2012.
  • Lucía Cuba, Action 1, “Niño Fujimori”, 2012.
  • Lucía Cuba, Action 1, “Las doce de Anta”, 2012.
  • Lucía Cuba, The waiting / La Espera, 2013.
  • Lucía Cuba, The waiting / La Espera, 2013.
  • Lucía Cuba, Estados unidos de... / United States of..., 2013.

Mode, biopolitique et critique sociale

Au Pérou, entre 1996 et 2000, 300 000 femmes et 16 000 hommes sont stérilisés de force lors d’une campagne de régulation des naissances orchestrée par le gouvernement Fujimori. Dans les discours officiels, ce pan de l’histoire est occulté. L’État n’a jamais reconnu ces actes violents publiquement ni dédommagé les victimes et leurs familles – le plus souvent issues de communauté andines, rurales et pauvres. Dans l’histoire, plusieurs exemples de stérilisations forcées perpétrées par des gouvernements (Chine, États-Unis, Inde, Suède, Canada) témoignent de décisions politiques d’appropriation et de disposition du corps des citoyens.

Indignée que l’État nie cette campagne et que les récits des victimes soient absents de l’espace public, la styliste et spécialiste des sciences sociales Lucía Cuba lance Artículo 6: Narrativas de género, fortaleza y política. Afin de briser l’omerta et d’influencer le programme politique, l’opinion publique et les médias péruviens, son projet ouvre de nouveaux espaces de dialogue grâce à 12 « actions » – installations, défilés-performances, vidéos, conférences ou ateliers (2012-2017). Au croisement de la mode et de l’activisme, ces actions s’articulent autour de 34 vêtements imprimés de phrases et de symboles qui, reprenant des fragments de discours politiques, d’archives et de témoignages de victimes, valorisent leur parole. Réinterprétant les tenues traditionnelles andines, les vêtements performatifs d’Artículo 6 reflètent le traumatisme physique et social engendré par ces stérilisations irréversibles. Les chemisiers étriqués et les tresses couvrant le visage des modèles dénoncent la difficulté de se défendre face au déni des droits sexuels et reproductifs, pourtant inscrits dans la Constitution péruvienne. Les corps contraints disent la douleur, l’injustice et le deuil.

Ces costumes à texture politique deviennent vecteurs d’information : activés lors de rencontres avec divers publics, dans des contextes locaux comme internationaux, ils sont également des dispositifs de mémoire collective rappelant que les victimes attendent toujours que justice soit faite. Inlassablement, par sa mode engagée et radicale, Lucía Cuba souligne la complexité de la question des violations des droits de la personne au Pérou, et provoque le changement social en générant de nouveaux récits, dans une alliance avec la société civile.

Légendes des photos
Image 1 : Lucía Cuba, Action 1, “Lo justo es difundir”, 2012. Photo : Erasmo Wong, permission de l’artiste
Image 2 : Lucía Cuba, Action 1, “Niño Fujimori”, 2012. Photo : Erasmo Wong, permission de l’artiste
Image 3 : Lucía Cuba, Action 1, “Las doce de Anta”, 2012. Photo : Erasmo Wong, permission de l’artiste
Image 4 : Lucía Cuba, The waiting / La Espera, 2013. Photo : Erasmo Wong, permission de l’artiste
Image 5 : Lucía Cuba, The waiting / La Espera, 2013. Photo : Erasmo Wong, permission de l’artiste
Image 6 : Lucía Cuba, Estados unidos de... / United States of..., 2013. Photos : Erasmo Wong, permission de l’artiste

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Rubriques



Boutique

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598