Plaisanterie de la mort plate : l'esthétique performativiste de l'empathie chez Julia Martin | esse arts + opinions

Plaisanterie de la mort plate : l'esthétique performativiste de l'empathie chez Julia Martin

95 -

Dans le cadre de sa pratique, Julia Martin s’intéresse à la mort, à la solitude et à la souffrance. Pourtant, ses œuvres sont ponctuées de blagues et de références à la télévision ou au gâteau. En usant d’humour, l’artiste amadoue le visiteur, qui se trouve piégé dans une relation empathique avec les sujets difficiles qu’elle explore. L’auteur se penche ici sur les œuvres photographiques et textuelles récentes de Martin sous l’angle de l’empathie, notion approfondie par Barthes, Levinas et Freud, et de la sincérité et du « double cadre » (double-framing) issus des réflexions d’Eshelman sur le performativisme.
[Traduit de l’anglais par Isabelle Lamarre]

Auteurs: 

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597