Jute, travail enchevêtré et capitaux internationaux | esse arts + opinions

Jute, travail enchevêtré et capitaux internationaux

94 -

Avec sa série en cours, Occupations (2012-), l’artiste ghanéen Ibrahim Mahama transforme de vieux sacs de jute, utilisés à l’origine pour le transport du cacao et du charbon au Ghana, en vastes chapes ou sortes de tentes dont il se sert ensuite pour recouvrir des sites architecturaux un peu partout dans le monde. Ce texte portant sur les installations de Mahama s’intéresse en particulier à son utilisation de la toile de jute et examine les différents processus de travail présents dans la production et la mise en circulation du matériau, et donc dans l’ensemble de son œuvre. Cette histoire du jute, où s’enchevêtrent le travail et les capitaux internationaux, montre clairement que les œuvres de Mahama sont le fruit du labeur des humains. Le texte aborde également des questions cruciales sur la façon dont les marchés capitalistes tendent à occulter le travail industrialisé.
[Traduit de l’anglais par Nathalie de Blois]

Auteurs: 
Revue référencée: 

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597