Du plantain et du savoir-vivre en territoire inconnu | esse arts + opinions

Du plantain et du savoir-vivre en territoire inconnu

99 - Printemps / été

Déjà au 10e siècle, le plantain était vénéré par les païens saxons. Depuis son introduction en sol nord-américain, la plante s’est naturalisée dans son environnement. Ses abondantes propriétés médicinales en font un précieux allié végétal. Le culte du plantain se poursuit aujourd’hui grâce aux cueilleurs et aux herboristes autochtones, qui apprécient ses dons de guérisseur. Ce respect pour la plante se reflète dans les œuvres de la peintre métisse Christi Belcourt et du photographe américain Jimmy Fike. Contrairement à l’espèce humaine, le plantain s’accorde avec les façons de faire de ses hôtes, va là où c’est permis et fournit son aide en cas de besoin. Cet humble intrus nous enseigne la patience et l’art de nous comporter en bons invités.
[Traduction de l’anglais par Isabelle Lamarre]

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597