Computer Grrrls, Gaîté Lyrique, Paris

96
2019
Gaîté Lyrique
  • Nadja Buttendorf, Soft Nails ♥ [ASMR] Kleincomputer Robotron KC87 ♥, capture vidéo, 2018. Photo : permission de l'artiste
  • Suzanne Treister, Survivor (F) & Asicene, détail, 2016-2018. Photo : permission de l'artiste, Annely Juda Fine Art & P.P.O.W.
  • Caroline Martel, Le fantôme de l'opératrice, capture vidéo, 2004. Photo : permission de l'artiste

Computer Grrrls
Gaîté Lyrique, Paris, du 14 mars au 14 juillet 2019

Le sujet de l’exposition est simple. Partant du constat que le monde numérique d’aujourd’hui est en quasi-totalité masculin, ce que l’on considère généralement comme un fait et non comme le résultat d’un processus, les commissaires Inke Arns (Hartware MedienKunstVerein, Dortmund) et Marie Lechner (Gaîté Lyrique, Paris) explorent une hypothèse contraire, en s’appuyant sur une histoire de l’informatique à ses débuts, féminine. Comme le démontre la frise chronologique présentée à l’entrée de l’exposition, ce n’est qu’autour des années 1980 que le domaine s’est masculinisé d’une manière caricaturale, favorisant le stéréotype du hacker asocial. Aussi, l’exposition réunit des artistes qui remontent le courant inverse, en montrant que les filles sont tout autant concernées par l’informatique. Cela passe par des pièces – il faut le reconnaitre – parfois littéralement démonstratives, mais d’autres, formellement aussi bien que thématiquement riches, à même d’ouvrir des perspectives renouvelées.

Les deux contributions de Nadja Buttendorf, artiste originaire de Dresde, Soft Nails [ASMR] Kleincomputer Robotron KC87 (2018), et Robotron - a tech opera (2018-2019), respectivement une vidéo et une série web, ont toutes deux pour figure centrale un ordinateur fabriqué en RDA à la fin de la Guerre froide, relevant d’une technologie supplantée par l’Occident. Dans la vidéo, l’artiste tente de ressusciter la machine en la caressant à l’aide d’ongles mous, créés spécialement, en lui parlant selon la technique de chuchotement ASMR. Drôle par la douceur et la volupté des gestes et de la voix qui contrastent avec un design austère, l’œuvre attire l’attention sur un aspect de l’histoire des technologies à peine mis au jour dans nos pays, celui de l’absorption des techniques informatiques du bloc de l’Est. Quant à sa série web, elle raconte la manière dont l’usine de fabrication de l’ordinateur Robotron a pu faire partie du quotidien de sa famille : l’artiste en fait avec distance le cadre de scènes mimant les soap operas américains.

Tout aussi spirituelles, les pièces de Dasha Ilina, jeune artiste d’origine russe basée à Paris, rassemblées sous le titre ironique de Center for Technological Pain (2018), thématisent l’emprise des technologies sur nos vies et proposent des solutions élémentaires pour s’en défendre. Ce sont des dispositifs bricolés en carton pour ne plus regarder constamment son téléphone intelligent, des fascicules prodiguant des conseils pour lutter contre les overdoses de réseaux sociaux et des tutoriels pour éviter les personnes fixées sur leurs écrans dans la rue.

Enfin, parmi les œuvres les plus éloquentes de l’exposition, tant du point de vue du fond que de la forme, la fresque de dessins de la série Survivor (F) (2016-2018), de l’artiste anglaise Suzanne Treister, évoque l’âge de l’intelligence artificielle, et même ce qu’elle appelle la « super intelligence artificielle », l’ASI, d’où le néologisme d’asicène qui vient après l’anthropocène. Fictivement, ces dessins seraient les œuvres d’êtres posthumains qui porteraient leur regard sur un monde du passé (le nôtre). À la fois drôles et apocalyptiques, ironiques et mélancoliques, doux et dérangeants, ces dessins nous font quitter l’exposition sur une note méditative quant à notre (no) future.

Numéro: 

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597