Appropriation artistique versus appropriation culturelle | esse arts + opinions

Appropriation artistique versus appropriation culturelle

97 -

En partant de la définition première de l’acte d’appropriation, « prendre quelque chose qui ne nous appartient pas », l’auteur compare la démarche d’artistes appropriationnistes (David Krippendorff, Sherrie Levine, Richard Prince…) à celle d’artistes visuels accusés d’appropriation culturelle (Sam Durant, Dominic Gagnon, Dana Schutz…). L’objectif est de montrer que si l’acte semble identique de part et d’autre, ses motivations et ses conséquences sont diamétralement opposées. Dans un cas, il s’agit de mettre au jour les relations de pouvoir, alors que dans l’autre, il s’agit de les nier.

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597