Un coup dans l'nez jamais n'ennoblira le bizzare

Michel F. Côté

[Extrait]

Quintette du destin

1. Une quantité astronomique d’humains s’abandonnent à la loterie, cet avatar du jeu, ce succédané dénué de l’essence même du jeu : plaisir de l’action/réflexion, simulacre salutaire des choix stratégiques du vivant, nécessité interactive de toute tentative sociale. La loterie trahit le jeu et la raison même du hasard. Le hasard n’existe que s’il est cultivé : il est un jardinage de l’esprit, un collimateur d’événements.

La loterie n’a pas de lien avec le hasard ; elle est nihiliste, inféconde. À l’inverse, le hasard est sexué, il est l’essence même du vivant. Attendre d’avoir de la chance c’est attendre que la vie s’empare de vous. Mais cette attente est inutile : les hasards et la chance sont le résultat d’une dynamique interactive ; la vie ne s’empare de vous que si vous la provoquez.

Les loteries nationales relèvent du financement publique. Ces mêmes loteries sont également une forme débilitante d’anesthésie collective ; elles offrent l’attente et non le risque, la passivité plutôt que l’engagement. Abrutir pour de l’argent, comme toujours.

2. Par hasard, toujours, j’ai croisé cet agréable livre de Dominique Noguez, Les plaisirs de la vie. Les hasards sont souvent de ceux-là, de ces plaisirs qui, au détour d’une rencontre vous relancent dans la vie. Noguez parle de ses plaisirs, mais il discute aussi des dangers de l’uniformisation : « Contre ce double danger – de soumission au prétendu « sens de l’histoire » (en fait aux impératifs du marché) et d’amnésie culturelle –, qui conduit à une même catastrophe : un monde uniforme, standardisé et crétinisé, les hommes, principalement les hommes de culture, écrivains, artistes ou penseurs, doivent se prémunir par la connaissance véritable de l’histoire et le culte sans limite de la liberté, particulièrement de la liberté d’imagination [1].»
3. La formation de l’Univers est-elle convergente ou contingente ? Selon l’option convergente, l’Univers aurait une finalité et l’homme serait un mal nécessaire, sorte de sommet évolutif. Diamétralement opposé, les tenants de la contingence affirment qu’il n’y a aucun but à l’univers et que son développement n’est dû qu’au hasard. J’ai choisi, choisissez.
4. Je suis à Rome. Je regarde intensément. Je ne prends pas de photos. Je ne prends jamais de photos, ou très rarement et toujours pour les autres, par politesse, quand on me le demande.
Photographier m’empêche de voir, de bien graver, de mémoriser avec souplesse ces images dont je désire un souvenir net, profond, intense et plurisensoriel. L’avantage est le suivant : l’évocation que j’en ferai plus tard sera peut-être la source d’une bonne histoire, ou mieux encore, le moment d’une remémoration poétique, laissant à chacun présent le soin de fabriquer son propre scénario visuel.

[...]

NOTES :

1. Les plaisirs de la vie, Dominique Noguez, Payot, Paris, 2000, page 46

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598