Inventaire

71
2011

Dossier : Depuis que les artistes ont voulu rapprocher l’art de la vie quotidienne et ont fait du « banal » un matériau important de leur pratique, la collection – qui fait partie des habitudes de nombreux individus – a fréquemment été transformée en geste d’art. Ainsi, collectes d’objets sans valeur, de traces diverses ou même de concepts sont devenues la matière première d’abondantes productions artistiques dans lesquelles l’observation et la dissection du réel, l’inventaire et l’archivage prennent une place prépondérante. Ce numéro se présente en quelque sorte comme un cabinet de curiosités dans lequel on découvrira les traces et les archives de ces pratiques se situant parfois à la limite de l’obsession.

Version numérique disponible

5,00$
Aperçu (cliquez pour agrandir): 
  • ÉDITO
    Collectes, inventaires et autres obsessions
    SYLVETTE BABIN

    INVENTAIRE

    Le monde comme représentations : collectes et inventaires d’images
    Le vif intérêt des artistes actuels pour la collecte et l’inventaire d’images a récemment donné lieu à de nombreuses expositions et rencontres, tant il fait écho à l’idée répandue selon laquelle nous vivons dans un monde d’images. Maintenant, le plus court chemin pour accéder au monde est de se plonger au cœur de ses représentations. Mais ce serait niveler le travail des artistes que d’en rester à cette généralité, sans préciser les partis pris qu’elle recouvre. Car, parmi eux, certains accumulent des images pour mieux voir le réel, tandis que d’autres les considèrent comme des réalités à part entière. Artistes cités : Walid Raad, Mathieu Pernot, documentation céline duval, la trocambulante, Roy Arden, Ludovic Burel.

    VANESSA MORISSET

    L’acte de collection : le symptôme d’une angoisse ?
    Les œuvres Collection de trophées (2009), Les petites annonces (2008) et Téléthons de la grande surface (2009) de Marc-Antoine K. Phaneuf traitent de l’obsession contemporaine qui fait du paraître notre principale préoccupation. Cette obsession dérive du processus de construction de soi, où le type de rapport que nous entretenons avec nos objets – dont l’acte de collectionner est une des déclinaisons – et, surtout, les valeurs symboliques que nous leur attribuons sont appelés à jouer un rôle important. Déroutantes, ces œuvres inscrites dans la lignée du ready-made provoquent un sentiment ambigu : le regardeur serait-il le dindon de la farce ?

    ANNE-MARIE ST-JEAN AUBRE

    La collecte, la collection et la collectionneuse
    Depuis 1996, Raphaëlle de Groot s’investit dans des projets de recherche et d’expérimentation avec un intérêt marqué pour les traces laissées par des actes et des gestes accomplis dans et hors du domaine de l’art. La collecte et l’inventaire sont au rang de ses stratégies. Les œuvres examinées dans ce texte révèlent une approche ethnographique de la collection. Travaillées par une pratique performative, les collections de l’artiste sont autant de dispositifs qui mettent en question les systèmes qui gèrent nos modes d’être et d’agir.

    DOMINIQUE ABENSOUR

    Des visages à ne plus pouvoir les compter
    Depuis les années 1970, certains photographes japonais se sont penchés sur la forme du livre pour présenter des collections de portraits ou d’autoportraits en très grand nombre. Loin de vouloir exprimer la singularité des modèles photographiés, ces artistes ont au contraire cherché à créer des ensembles homogènes de clichés, en favorisant des mises en page répétitives qui redoublaient la sérialité des images. Le livre, dans la succession de ses pages, constitue un support particulièrement adapté à la présentation de ces visages se ressemblant tous plus les uns que les autres.

    LILIAN FROGER

    Archiver l’autre en soi : Sylvie Cotton
    Dans cet article sur Cotton, Serge Murphy montre comment l’œuvre de l’artiste s’inscrit et se développe pour l’essentiel dans le champ de la collection, de l’archivage et de l’inventaire. Il montre aussi que c’est dans une altérité assumée que s’y déploient les principaux enjeux.

    SERGE MURPHY

    Accessoires, mais indispensables
    À l’heure d’Internet et de la révolution numérique, collecte et inventaire présupposent la production d’un matériel essentiellement composé de photos et de vidéos nécessitant d’être saisies et répertoriées. Reprenant la thèse du philosophe Pierre-Damien Huyghe – à savoir il n’y a plus d’expérience vécue sans enregistrement –, cet article en interroge les conséquences esthétiques : comment définir les pratiques et les sentiments à l’œuvre, dont la collecte et l’inventaire semblent être le socle sensible ? Comment répondons-nous à la capacité d’enregistrement des machines ?

    NICOLAS THÉLY

    PORTFOLIOS
    Francis Alÿs
    Dean Baldwin
    Rebecca Duclos et David K. Ross
    Josée Pedneault

    ARTICLES

    Ce qui vient, la 2e biennale de Rennes
    Intitulée Ce qui vient, la deuxième biennale de Rennes avait pour champ d’intérêt le futur. Pour que cette thématique remette en question notre rapport au monde à venir, la commissaire Raphaële Jeune a rassemblé des œuvres d’artistes susceptibles d’alimenter divers scénarios possibles. Ceux de nos peurs et de notre impuissance comme ceux de nos envies de modifier ce qui est. Ainsi, au-delà de certaines appréhensions, l’exposition suggère l’idée d’une responsabilité nouvelle par rapport à ce qui vient. Mais, devant la question « que faire ? », il faut aussi se révolutionner soi-même et être en mesure d’accepter l’imprévisible. Or, ce travail sur soi exige une réception des œuvres qui demande du temps et dont chaque spectateur est responsable.

    ANDRÉ-LOUIS PARÉ

    De Pierneef à Gugulective, ou (le monde de) l’art sud-africain en question
    Du 15 avril au 3 octobre 2010, au Cap, l’Iziko South African National Gallery a présenté une rétrospective intitulée 1910-2010: From Pierneef to Gugulective. Tout en faisant un retour sur la réception critique de l’exposition, nous nous penchons sur les rapports de force racistes qui ont façonné le monde sud-africain des arts visuels, de même que sur les stratégies employées par Riason Naidoo, le nouveau directeur de l’ISANG, pour décloisonner l’établissement qu’il dirige de sa vieille emprise coloniale.

    ARIANE DE BLOIS

    AFFAIRE DE ZOUAVE
    Ramassis couci-couça
    MICHEL F. CÔTÉ

    COMPTES RENDUS
    Montréal | Optica, Anne-Marie St-Jean Aubre

    Bordeaux | CAPC Musée d’art contemporain de Bordeaux, Stéphanie Dauget


    Toronto | Jessica Bradley Art + Projects, Gabrielle Moser


    Toronto | Prefix Institute of Contemporary Art, Gabrielle Moser


    Paris | Galerie Michel Rein, Nathalie Desmet

    Paris | Centre Culturel Canadien, Katrie Chagnon

    Vancouver | Morris and Helen Belkin Art Gallery, Sarah Ciurysek

    Vancouver | Public Art Program, City of Vancouver, Kathleen Ritter

    Publication | Daniel Olson. Beside Myself / Hors de moi, EXPRESSION, Centre d'exposition de Saint-Hyacinthe, Manon Tourigny

    Publication | Angela Grauerholz. The Inexahustible Image… épuiser l’image, Musée canadien de la photographie contemporaine, Marie-Ève Charron

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Rubriques



Boutique

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598