Impression / Performance

Sylvie Fortin
  • Vesna Pavlović, The Archive, 2013, from the project Fabrics of Socialism. Photo: courtesy of the artist & whitespace Gallery, Atlanta
  • Judy Radul, This is Television, 2013. Photo: © Judy Radul, courtesy of daad galerie, Berlin & Catriona Jeffries Gallery, Vancouver
  • Christodoulos Panayiotou, Opération Sérénade, The Price of Copper, installation view, CAC Brétigny, 2012. Photo: Aurélien Mole/ CAC Brétigny, courtesy of the artist
  • Vesna Pavlović, Sixth Congress of Communist Party of Yugoslavia, Zagreb, November 2, 1952, from the project Fabrics of Socialism. Photo: courtesy of the Museum of Yugoslav History, Belgrade
  • Judy Radul, This is Television, 2013. Photo: Daniel Young, courtesy of the artist, daad galerie, Berlin and Catriona Jeffries Gallery, Vancouver
  • Christodoulos Panayiotou, To Bring Back the World to the World, installation view, CAC Brétigny, 2012. Photo: Aurélien Mole/ CAC Brétigny, courtesy of the artist
  • Judy Radul, This is Television, 2013. Photo: Daniel Young, courtesy of the artist, daad galerie, Berlin and Catriona Jeffries Gallery, Vancouver
  • Christodoulos Panayiotou, To Bring Back the World to the World, installation view, CAC Brétigny, 2012. Photo: Aurélien Mole/ CAC Brétigny, courtesy of the artist

Invitée à contribuer à ce numéro spécial de la revue esse, je me suis imposé certaines contraintes : travailler à partir d’images, présenter des artistes avec lesquels j’entretiens un dialogue qui m’est important et mettre de l’avant le contexte spécifique de cette invitation venant d’une publication spécialisée imprimée et à tirage restreint. En bref, j’ai voulu réfléchir à ce médium en cette étrange époque qui nous annonce à répétition la mort imminente tant de l’imprimé que des subventions, quand la diffusion (et implicitement, la démocratisation) est souvent invoquée pour justifier l’existence des publications artistiques alors même que, paradoxalement, celles-ci sont assujetties aux lois d’un marché de niche et du statut d’objet de luxe.

J’ai donc décidé de me pencher sur le statut actuel des périodiques imprimés par le biais de projets récents de trois artistes — Vesna Pavlović, artiste d’origine serbe vivant à Nashville, le Cypriote Christodoulos Panayiotou et Judy Radul de Vancouver.

Dans la photographie de Vesna Pavlović, une image d’une salle du Musée d’histoire yougoslave à Belgrade, des contenants métalliques de bobines de film s’élèvent en colonnes pour envahir un entrepôt quelconque, laissant à peine assez d’espace pour le passage d’une personne : les images deviennent architecture. Les médias sont massifiés : le pouvoir de la multitude est soigneusement roulé, empilé et contenu dans les archives du règne de l’ex-président yougoslave Josip Broz Tito. Ni la spécificité de cet évènement-ci ou de celui-là, ni l’identité des intervenants filmés ne comptent ici : les contenants métalliques construisent une architecture qui rend matérielle la propagande étatique, la dotant d’un poids psychologique, et nous positionnant en marge, face à une seule piste d’inclusion. Dans Operation Serenade (2012), l’installation de Christodoulos Panayiotou, des tapis rouges, soigneusement roulés et fixés avec du ruban adhésif sont stratégiquement placés dans l’espace. Leur forme suggestive exploite la tension entre la contrainte et le déroulement potentiel. Panayiotou se procure ces tapis rouges à Hollywood, après qu’ils aient servi à d’importantes cérémonies de remise de prix tels les oscars. Ainsi, ces tapis roulés gardent les traces du piétinement des célébrités performant leur célébrité, suaires de Turin à l’ère des selfies. L’invitation photocopiée et pliée de Judy Radul, une composante de son installation This is Television (2013), opère d’une manière semblable. Ici, la commune photocopie pliée témoigne de l’ubiquité de la reproduction, alors que Radul met de l’avant une adéquation entre la télévision et le monde. Cette installation nous immerge dans une architecture de relai et de reproduction ; elle nous demande de choisir notre place dans un univers « télé-visuel », où vision et distance sont inséparables.

Finalement, ce portfolio est un projet performatif : il pose des questions d’inscription, de confinement et de projection, tout comme la revue qui est entre vos mains.

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598