Kader Attia

Maude Johnson
  • Kader Attia, J’accuse, 2016. Photo : © Axel Schneider
  • Kader Attia, The Culture of Fear: An Invention of Evil, 2013. Photo : © Nora Rupp
  • Kader Attia, ¡Asesinos! ¡Asesinos, 2014. Photo : © Elisabeth Bernstein
  • Kader Attia, Arab Spring, 2014. Photo : © Oak Taylor-Smith
  • Kader Attia, Noise, Silence, 2017. Photo : © Ela Bialkowska
  • Kader Attia, Demo(n)cracy, 2009. Photo : permission de l’artiste & Galerie Krinzinger, Wien
  • Kader Attia, La Colonie, Paris. Photo : © Sandra Nicolle, permission de l’artiste

L’urgence du débat

L’artiste franco-algérien Kader Attia travaille dans le sillage de ce qu’il considère comme l’héritage de la décolonisation. Par le biais d’interventions spatiales, il engage la conversation autour d’enjeux coloniaux tels que la suppression et la privation. Avec sa pièce Demo(n)cracy (2009), Attia condamne la démocratie en tant que véhicule hégémonique de la pensée occidentale. Bien qu’elles confrontent moins explicitement ce système idéologique, ses œuvres ultérieures le remettent néanmoins constamment en question à travers la conception d’espaces de contestation où un décalage des dynamiques de pouvoir s’opère. Ce décalage permet de réévaluer les structures colonialistes auxquelles nous participons et l’effacement culturel et identitaire qu’elles entrainent. Les espaces conceptuels et matériels d’Attia misent sur la réflexion collective pour élaborer de nouvelles possibilités qui offriraient davantage d’agentivité. Le public participant se voit ainsi détenteur du pouvoir de construire de nouvelles formes qui échappent au projet colonialiste. L’artiste ouvre d’ailleurs en 2016, à Paris, La Colonie, lieu de rencontres pour tous, où la réflexion est décloisonnée et hétérogène et où le débat s’enrichit de la diversité. Avec Noise, Silence (2017), Attia présente un intérieur jouant sur l’inconfort du visiteur. Les tiges de métal qui jaillissent avec violence du revêtement matelassé suscitent des sensations contradictoires. L’œuvre réfère à la peur de « l’autre », effet persistant de la colonisation. Au fil d’une déambulation dans cet intérieur s’amorce un acte réflexif sur les élans xénophobes et racistes contemporains. L’artiste met ainsi à profit les perceptions en tant qu’agents de changement.

Le travail d’Attia offre des outils pour réintégrer ce qui a été supprimé et résister à de futures suppressions. Il met en place des dispositifs décolonisés qui s’incarnent dans une multitude de situations spatiales, sonores ou visuelles dont la visée s’organise autour du concept de réparation. Ses œuvres agissent comme lieux de débat qui rassemblent, autant les publics que les fragments d’un passé éclaté, afin de guérir les blessures sociales. S’il répare, Attia conserve cependant les cicatrices culturelles et identitaires bien visibles – ces interstices davantage liés au processus, au même titre que les espaces réflexifs qu’il conçoit.

Légendes
Image 1 : Kader Attia, J’accuse, 2016, vue d’exposition, Sacrifice and Harmony, MMK Museum für Modern Kunst, Frankfurt/Main, 2016. Photo : © Axel Schneider, permission de l’artiste & Galerie Nagel Draxler, Berlin/Cologne
Image 2 : Kader Attia, The Culture of Fear: An Invention of Evil, 2013, vue d’exposition, Les Blessures sont là, Musée Cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, 2015. Photo : © Nora Rupp, permission de l’artiste, Galleria Continua, San Gimignano & Galerie Nagel Draxler, Berlin/Cologne
Image 3 : Kader Attia, ¡Asesinos! ¡Asesinos, 2014, vue d’exposition, Show your Injuries, Lehmann Maupin, New York, 2014. Photo : © Elisabeth Bernstein, permission de l’artiste, Lehmann Maupin, New York & Vehbi Koç Foundation Contemporary Art Collection, Istanbul
Image 4 : Kader Attia, Arab Spring, 2014, vue d’installation, Beginning of the World, Galleria Continua, Les Moulins, 2014. Photo : © Oak Taylor-Smith, permission de l’artiste & Galleria Continua, Les Moulins
Image 5 : Kader Attia, Noise, Silence, 2017, vue d’installation, Reflecting Memory, Galleria Continua, San Gimignano, 2017. Photo : © Ela Bialkowska, permission de l’artiste & Galleria Continua, San Gimignano
Image 6 : Kader Attia, Demo(n)cracy, 2009. Photo : permission de l’artiste & Galerie Krinzinger, Wien
Image 7 : Kader Attia, La Colonie, Paris. Photo : © Sandra Nicolle, permission de l’artiste

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598