éditorial

55 - Dérives II - Automne - 2005
Sylvette Babin
Sylvie Cotton, Intérieurs montréalais, détail, Petite enveloppe urbaine, 2002. Photo : Guy L'Heureux

La pratique de la dérive suscite l’intérêt des artistes depuis plusieurs années. Sa récurrence et l’enthousiasme soulevé par de nombreux auteurs nous ont motivé a présenter un dossier en deux volets. Le premier proposait un retour sur quelques pratiques déambulatoires des dernières décennies, des essais sur les dérives urbaines des situationnistes, sur certaines oeuvres du land art ainsi que des analyses sur différentes pratiques liées à la marche et au déplacement.

Dans le deuxième volet de ce diptyque, le land art est revisité par Suzanne Paquet qui propose de l’observer du point de vue de l’arpenteur, tantôt land artist américain intéressé par la prospection et la topographie du territoire, tantôt voyageur marchant à la rencontre de ces œuvres. Kinga Araya réfléchit ensuite sur les notions de l’exil et du déplacement comme geste politique opéré par Krysztof Wodiczko avec ses Véhicules, sculptures mobiles à caractère parfois poétique, parfois « utilitaire » mais dont le sens est toujours investi d’une critique sociale. Les déambulations, les trajets et les parcours ne sont pas exclusifs à la rue ou aux sites extérieurs, mais se pratiquent aussi parfois dans les musées, par le concours de labyrinthes d’artistes. Pierre Rannou en revoit quelques-uns, notamment ceux des situationnistes, mais plus particulièrement ceux créés par Robert Morris pour le Musée d’art contemporain de Lyon. Qu’il s’agisse d’une forme de contestation de l’institution muséale ou d’une recherche formelle, circuler dans ces labyrinthes mène le visiteur vers une prise de conscience de l’espace, et du temps, qui devient, dans ces dédales, un élément presque palpable.

La figure du flâneur a longtemps été masculine. À l’époque où elle est apparue, il aurait été socialement inconcevable qu’une femme puisse s’adonner à ce genre d’activité – même aujourd’hui, la flânerie féminine comporte un certain risque ou oblige à choisir avec précaution les secteurs de déambulation. Les voyages en solitaire, les dérives urbaines aux hasards de ruelles inconnues et les marches distraites au milieu de nulle part sont appréhendées différemment selon que l’on soit homme ou femme. C’est avec cette conscience que sont abordées ici, par Kathleen Ritter, les dérives féminines. Bien que l’intention n’a parfois rien à voir avec le fait d’être femme ni n’a d’incidence sur le résultat final, ces actions porteront toujours en elles la spécificité du genre. Patrice Loubier quant à lui nous fait part de quelques oeuvres découvertes au hasard de ses promenades. Aperçues un peu partout dans la ville, elles sont souvent de simples et discrètes interventions dont les auteurs pourraient rester inconnus. Elles prennent alors leur sens sous le regard de ceux qui les aperçoivent et qui leur accordent, ou non, une portée artistique.

Cécile Camart analyse le travail de Sophie Calle pour qui les filatures sont aussi, à l’instar des situationnistes, des psychogéographies et des méthodes d’appréhension du territoire urbain et social. Finalement, Bernard Lamarche traite de l’errance représentée dans les séries de marcheurs de Michal Rovner. Ici, ce n’est ni l’artiste ni le public qui est invité au déplacement. La circulation, tacite, se trouve plutôt dans le sujet de l’oeuvre qui, malgré la statique de l’image photographique, laisse sous-entendre un mouvement.

Les articles du dernier numéro faisaient surtout état de pratiques d’artistes-marcheurs dont nous ne pouvons, public, qu’observer les traces ou lire le récit. S’il en est ainsi pour plusieurs œuvres du dossier actuel, nous remarquons néanmoins que certaines interventions acquièrent pleinement leur sens en la présence du spectateur-marcheur. Le public prendrait donc activement part au processus mais aussi au devenir de ces oeuvres. Cet état de fait viendrait peut-être nuancer une partie de l’éditorial précédent où j’écrivais : C’est en spectateur sédentaire que nous nous approprions généralement ces oeuvres, dans le confort immobile d’une galerie ou d’un livre, par le biais d’images ou d’artefacts. […] L’expérience directe, l’acte même, nous échappe. Car en théorie, ces œuvres que l’on découvre, ces parcours qui se construisent sous les pas du visiteur, ces promenades partagées et autres interventions qui n’existent qu’avec la participation d’autrui ne seraient pas ce qu’elles sont si le public, le participant, l’Autre, n’étaient pas là pour les rendre effectives. Ainsi l’expérience ne nous échapperait plus? Et pourtant, avec cette revue entre les mains, nous n’aurons encore que les quelques textes et images pour découvrir des œuvres éphémères faisant désormais partie d’une mémoire. Une expérience artistique à vivre par procuration? Si je reste persuadée qu’en simple témoin passif des nombreuses dérives d’artistes, quelque chose d’important m’est inaccessible, que le plaisir intellectuel – ou même sensuel – que j’aurais à la lecture ou à l’écoute du récit de telles démarches ne saurait égaler l’expérience réelle, mon intention ici n’est pas de les dénigrer. Au contraire, il me semble que ce n’est qu’en multipliant ces interventions que seront multipliées les possibilités d’en faire une expérience partagée.

Intérieurs montréalais de Sylvie Cotton offre un exemple de cette dichotomie entre l’expérience vécue et sa trace (exemple imparfait je le conçois car, plus qu’une simple trace, l’image est aussi une oeuvre autonome). Il s’agit d’un constat textuel et graphique de différents déplacements et rencontres. En tant qu’œuvre picturale, nous pouvons apprécier le parcours délicat de la ligne et le dessin des mots s’y entremêlant. Une lecture du contenu nous permet d’imaginer les trajets de l’artiste, ici le chemin entre deux lieux, là une description d’un intérieur montréalais, et là encore une conversation ou un regard échangés. Si je peux facilement, et avec un certain plaisir – c’est le pouvoir de l’imagination –, visualiser ces promenades et ces rencontres, je n’y découvre pas le goût des crêpes aux marrons de Mylène. À travers la trace et une mémoire qui n’est pas mienne, cette expérience m’échappe. En revanche, lorsque je lis : « On dissèque tout de nos attitudes et de nos comportements. On souhaite tout refaire, tout redéfinir. Finalement on se lève et on poursuit nos affaires. », je peux revivre en mémoire ces instants et entendre à nouveau ces discussions, je connais le goût de ce « café très très bon » et je sais le trajet parcouru pour se rendre en ce lieu, car cette expérience est aussi la mienne.

54 - Dérives - Printemps / été - 2005
Sylvette Babin
BBB Johannes Deimling, TAXI libre, performance pour l'événement Mehr Licht, Cuba, 2005. Photo : permission de l'artiste

Par ses références à la mer, le mot « dérive » évoque la mouvance et incite à la rêverie, aux errances poétiques. Dans le vocabulaire artistique, et cela depuis les situationnistes, il est plutôt associé à la ville (les dérives urbaines) mais n'exclut pas pour autant le vagabondage rural. Ainsi promenades, flâneries, déambulations, voyages et autres dérivances sont quelques-unes des pratiques incluses sous la mention Dérives. Le sujet est vaste, de même que l'intérêt qu'on lui porte, c'est pourquoi nous lui consacrerons deux numéros. Nous revoyons, dans ce premier volet, quelques pratiques situationnistes et des œuvres du Land Art, nous suivons les traces d'artistes voyageurs et analysons quelques performances, vidéos et chorégraphies impliquant la marche et le déplacement.

Depuis les célèbres flâneries de Baudelaire, de nombreuses réflexions et attitudes artistiques, par leur rapprochement conceptuel, nous aident à cerner les motivations des pratiques déambulatoires comme geste d’art. L'intérêt prononcé pour les lieux communs (Baudelaire [1]), pour l'expérience esthétique (Dewey [2]) ou pour la dissolution de l’art dans le quotidien (Kaprow [3]) – trois attitudes intrinsèques aux dérives – semblent toutes converger vers un désir de questionner notre relation au monde. Et, dans la plupart des pratiques liées à la dérive, l’appel au corps en action [4] est certainement le dénominateur commun de cette quête d'appartenance.

Se déplacer : nécessité ou prétexte ? L'artiste qui marche le fait-il pour le plaisir du mouvement, pour mettre son corps en situation ou simplement parce qu'il s'agit du processus logique pour l’atteinte d’un but ? Pour certains, c'est par la mobilité qu'une œuvre-objet prend forme (la quête d'artefacts par exemple); pour d'autres, c’est la marche en soi, ou le déplacement, qui compose l’œuvre même (les performances déambulatoires). La nuance entre les deux est souvent très subtile, voire inexistante, mais la mobilité du corps y demeure généralement le leitmotiv principal. Dans son livre L'art de marcher, Rebecca Solnit écrit à propos de la mobilité : « L'autre grand terme de la théorie postmoderne, le déplacement, se rapporte à la condition de l'être absolument mobile; le corps postmoderne circule en avion ou en voiture, de préférence à une vitesse folle, ou même se déplace sans moyens musculaires, mécaniques ou économiques apparents. Le corps n’est plus qu’un paquet en transit, un pion bougé de case en case; il ne se meut pas, il est mû [5]. » L'auteure sous-tend aussi que l'engouement généralisé pour le corps, dans les théories postmodernes, relève parfois d'une idéalisation romantique. Ce corps, disséqué à souhait dans ces réflexions théoriques, prendrait de moins en moins place dans le réel – en d'autres termes, n'expérimenterait plus sa corporalité. C'est peut-être justement pour faire contrepoids au corps postmoderne éthéré que l'artiste marche. Car à la source des nombreuses analyses qui ont été faites sur le concept du déplacement dans l'art, il y a des expérimentations réelles, vécues; il y a des œuvres-témoins du passage de l'artiste; les récits littéraires ou visuels de ceux qui, nomades, nous font partager leur expérience.

C'est en spectateur sédentaire que nous nous approprions généralement ces oeuvres, dans le confort immobile d'une galerie ou d'un livre, par le biais d'images ou d'artefacts. Parce que l'œuvre reproduite, le récit, la trace, ne sont pas l'expérience propre. Ce que nous voyons dans ces pages ne sont que les souvenirs d'œuvres mouvantes, ne donnant qu’un bref aperçu de la réalité. « Les relevés de parcours perdent ce qui a été : l'acte même de passer [6] », écrit Michel de Certeau. L'expérience directe, l'acte même, nous échappe effectivement. Mais les traces laissées par les artistes mentionnés dans ce dossier, et les récits que les auteurs nous en font, devraient certainement nous permettre de saisir l’essence de ces dérives. L'expérience réelle est peut-être d'ailleurs le privilège de l'artiste, le praticien, le flâneur.

NOTES :

1. « Existe-t-il […] quelque chose de plus charmant, de plus fertile et d’une nature plus positivement excitante que le lieu commun ? » Cité par Maurice Nadeau, Histoire du surréalisme, Seuil, 1964, p. 28.
2. « Lors d'une expérience, les choses et événements appartenant au monde, physique et social, sont transformés par le contexte humain; alors que la créature vivante est changée et se développe par les rapports qui lui étaient extérieur. (Trad.) » John Dewey, Art as experience, Capricorn Books, New York, 1958, p. 246.
3. « L’art semblable à la vie, dans lequel rien n’est séparé, est un entraînement pour essayer de sortir du moi coupé du monde. » Allan Kaprow, L’art et la vie confondus, Centre Georges Pompidou, Paris, 1996, p. 256.
4. En excluant, peut-être, les différentes dérives véhiculées ou les déambulatoires virtuels.
5. Rebecca Solnit, L’art de marcher, Actes Sud, 2002, p. 46.
6. Michel de Certeau, L’invention du quotidien, Gallimard, 1990, p. 147.

53 - Utopie et dystopie - Hiver - 2005
Sylvette Babin
Panamarenko, Brazil (detail), dessin, 2004. Photo : permission de l'artiste

[La utopia] está en el horizonte - dice Fernando Birri -. Me acerco dos pasos, ella se aleja dos pasos. Camino diez pasos y el horizonte se corre diez pasos más allá. Por mucho que yo camine, nunca la alcanzaré. ¿Para que sirve la utopía? Para eso sirve: para caminar.
Eduardo Galeano

Depuis l’Utopia de Thomas More, cette île administrée par un gouvernement idéal, la notion d’utopie a pris de multiples sens. Elle est devenue, dans le langage courant, chimère, illusion ou mirage, projet irréalisable ou vision politique irréaliste. Elle a été utilisée au nom ou au profit de grands idéaux, voire de grandes idéologies, plus ou moins légitimes, plus ou moins fécondes. Mais elle a aussi été, pour nombre d’individus, une source d’inspiration dans la poursuite d’une société plus juste et équitable. Modèle à imiter ou univers trop parfait? L’utopie porte en elle une dualité qui ressort inévitablement dans les analyses qu’on lui consacre. Elle est tantôt associée à un idéal, sinon à atteindre, du moins à poursuivre; tantôt à une quête de la perfection qui se rapproche dangereusement de son antithèse, la dystopie.

Le dernier dossier de notre trilogie 20e anniversaire (passé, présent, futur) se penche sur ce vaste sujet qu’est l’utopie. Or, si auteurs et artistes étaient invités à proposer leur vision de l’avenir, on remarquera que les problématiques soulevées sont intimement liées à une réalité bien actuelle. L’utopie y est ainsi traitée à la lumière de ce qu’elle représente aujourd’hui, et mise en perspective avec notre contexte social et politique. Doit-on s’étonner alors que certains des textes publiés soient plus critiques et tracent des portraits assez sombres de la société? Constat de l’échec des utopies modernistes et du leurre des micro-utopies actuelles; reproche d’un manque de visions utopiques; portraits de villes (américaines) subissant les contrecoups de la période post-industrielle; analyse de l’approche dystopique du cinéma de science-fiction… sont quelques-unes des propositions à lire dans ce dossier. Étrangement, nous constaterons que les points de vue les plus «eutopiques», l'espoir en une société meilleure, se trouvent surtout dans les projets d’artistes qui proposent des visions sociales alternatives, des actions liées à des tentatives d'ouverture sur l'autre ou des clins d'œil poétiques à l'utopie.

Il y a effectivement lieu d’espérer que le sens de l’utopie n’ait pas été complètement galvaudé, que cette utopie puisse encore motiver les réflexions et être la source de nouvelles idées pouvant mener à enrichir notre compréhension du monde, et, qui sait, à opérer des changements sociaux. C’est dans cet esprit que le groupe suédois SOC.Stockholm a créé, en 2001, le Utopian World Championship (www.soc.nu/utopian). Souhaitant initier des discussions «sur le statut des idées utopiques dans la société contemporaine», cette triennale invite les auteurs de toutes provenances à exprimer, sous formes d’essais, leurs visions utopiques. Dans son texte intitulé «A New World Disorder», le gagnant de la première édition, l’auteur T.R.O.Y., écrit : «By defining utopia as a process, we release ourselves from the pressure to find -and describe- the ultimate solution to all our problems in exquisite detail for all people in all places at all times. We also free ourselves from the trap of dogmatism and open ourselves up to a permanent ongoing dialogue with our environment (1).» C'est effectivement en approchant l'utopie comme un processus, et non comme un aboutissement, que l'on pourra créer un univers qui ne serait plus le lieu de nulle part mais bien le lieu d'échanges concrets. Transformer, pourquoi pas, l’île d’Utopia en archipel d’Heterotopia... Je récupère ici le terme hétérotopie utilisé par Michel Foucault (2) pour identifier non seulement cette idée des espaces autres, donc des espaces différents, mais pour évoquer aussi les espaces de l'autre, les espaces de la différence.

Par ailleurs, se libérer de la pression de l’Utopie et du désir de créer une société parfaite – qui, somme toute, sera toujours relative à la définition du bonheur, variable d’un individu à l’autre, d’une communauté à une autre – est à mon avis le premier pas vers une utopie réalisable. Et se libérer de la quête du bonheur absolu – souvent relatif à l’assouvissement des besoins que la société de consommation, le judéo-christianisme et autres doctrines ont concocté pour nous – serait probablement un pas de plus.

L’utopie est à l’horizon. Quand j’avance de deux pas, elle s’éloigne de deux pas. Je fais dix pas, elle se retrouve dix pas plus loin. J’ai beau marcher, je ne la rencontre jamais. À quoi sert l’utopie? Elle sert à ça, à avancer. Je sors probablement cette citation d’Eduardo Galeano de son contexte pour lui donner une portée plus poétique que politique. Elle est, à mon avis, la meilleure définition qui ait été donnée de l’utopie parce qu’elle exprime tous les possibles, parce qu’elle contourne toutes les barrières idéologiques liées à la quête d’un objectif idéalisé pour se concentrer sur le processus lui-même : Avancer.

NOTES :

(1) En définissant l’utopie comme un processus, on se libère de la pression de trouver et de décrire la solution ultime à tous nos problèmes en de menus détails pour tous les peuples, partout et en tous temps. On se libère aussi du dogmatisme, ceci nous permettant de nous ouvrir à un dialogue constant avec notre environnement. (Trad.)
(2) Il y a également, et ceci probablement dans toute culture, dans toute civilisation, des lieux réels, des lieux effectifs, des lieux qui sont dessinés dans l’institution même de la société et qui sont des sortes de contre-emplacements, sortes d’utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels, tous les autres emplacements réels que l’on peut retrouver à l’intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables. Ces lieux, parce qu'ils sont absolument autres que tous les emplacements qu'ils reflètent et dont ils parlent, je les appellerai, par opposition aux utopies, les hétérotopies; […]. Michel Foucault, Dits et écrits 1984, « Des espaces autres » (conférence au Cercle d'études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, no 5, octobre 1984, p. 46-49.

52 - Du commentaire social - Automne - 2004
Sylvette Babin

esse a vingt ans. Nous le soulignions dans le numéro précédent – 20 ans d’engagement, premier numéro d'une trilogie anniversaire (passé, présent, futur) – un dossier qui commémorait l’implication culturelle et sociale de la revue tout au long de son parcours. Le numéro actuel cherche aussi à poser un regard engagé sur la société, à travers des productions artistiques actuelles. Pour ce faire, nous tentons une nouvelle approche, qui est de mettre directement en pratique la thématique abordée. Ainsi, plutôt que d'analyser certains dispositifs sociaux, ou les différentes stratégies qu'utilisent les créateurs et citoyens pour exprimer leur engagement, nous transformons nos pages en zones d'action où seront mis en œuvre ces dispositifs. Du commentaire social propose, entre autres, des réflexions sur la citoyenneté, la vie civique, l'espace communautaire, les relations humaines, le statut social, l’état du monde, et cette fois, ce sont les artistes qui se prononcent sur le sujet.

Les artistes sont la matière première d'une revue d'art, ceux sur qui les auteurs appuient leurs recherches, ceux dont les œuvres visuelles génèrent des œuvres écrites. À leur tour, nous avons voulu leur offrir la parole. C'est parce qu'ils savent aussi dire les choses sans passer par les mots que nous avons osé mettre de côté notre mandat théorique et littéraire pour concevoir ce numéro entièrement visuel. L’idée n’est pas étrangère à esse, qui reprend ici la proposition d'un numéro hors série paru en 1986, qui offrait «une revue à l’envers» en publiant des propositions de couvertures créées par des artistes, tandis que l’éditorial pouvait être lu… en page couverture.

Carte blanche a donc été donnée à une quarantaine d'artistes, pour soulever un commentaire dans une œuvre créée spécifiquement pour esse. Ils sont majoritairement du Québec mais quelques-uns viennent du Canada et de l’étranger. Ils sont majoritairement de la relève mais quelques-uns poursuivent une pratique depuis plusieurs années. Certains font aussi partie de l'équipe de esse, qui tient à rappeler que ce sont aussi des artistes qui produisent cette revue – depuis vingt ans, une revue créée par et pour des artistes.

On dit qu’une image vaut 1000 mots. Pourtant, il se trouve peu d’œuvres d'art, en revue ou en galerie, qui ne soient accompagnées d'analyses, de références ou de directives. Nulle intention ici de juger de ce fait qui est aussi, malgré tout, notre leitmotiv éditorial. Nous avons plutôt voulu proposer une avenue différente, tenter de (ré)explorer le potentiel qu'ont les images à nous mener vers un questionnement sur le monde dans lequel nous vivons. Sans autre indication ou référence que son titre, chacune des œuvres, ou chacun des commentaires proposés par les artistes, cède la place à une relecture par celui qui regarde. Le texte n'est toutefois pas totalement exclu de ces projets, puisque certains artistes ont choisi des approches conceptuelles où les mots sont évocateurs d'idées ou des éléments poétiques plutôt que des outils d'analyse.

C'est donc à l'art que ce numéro est dédié, à l'art et à son pouvoir de générer à la fois des prises de conscience sociales et des espaces poétiques protégés.

51 - 20 ans d'engagement - Printemps / été - 2004
Sylvette Babin

Au printemps 1984, un groupe d’étudiants de l’UQAM fondait la revue esse afin d’offrir aux artistes et auteurs un espace pour « prendre la parole ». Dans le numéro initial, dont la couverture arborait simplement le mot esse, acronyme que nous avons repris au numéro 50, on trouvait un élément de réponse à cette question que de nombreux lecteurs se posent encore aujourd’hui : « esse, c’est la cheville qui empêche une roue de tomber, esse veut que ça tourne (1) ». On pouvait aussi et surtout y remarquer l’enthousiasme d’une équipe désireuse de créer «un outil pour unir les arts», une revue conçue « avec punch, conviction, plaisir… engagement en un mot. (2) »

Elle fut donc esse, puis ESSE, une revue de plus en art, et plus tard ESSE arts + opinions; elle s’est affichée en minuscule et en majuscule, brochée, photocopiée ou même peinte à la main, mais toujours engagée. Cet engagement qui a motivé sa création la porte depuis 20 ans. Engagement par ses manifestations artistiques et théoriques, ses prises de position sur l’art, sur la culture et sur la société; engagement envers la pratique et ses différentes disciplines et indisciplines; engagement envers le véhicule lui-même, par le dévouement de plusieurs qui ont fait en sorte que la revue persiste et signe. (3)

Vingt ans et des centaines d’articles plus tard, esse continue de se démarquer, et le fait avec autant de conviction. Cette année anniversaire sera donc soulignée par le thème de l’engagement dans une trilogie construite autour du découpage temporel passé, présent et futur. Ainsi, le numéro 51 souhaite faire le point sur certaines attitudes qui ont marqué et marquent toujours le paysage de l’art, mais aussi celui de la revue. Nous reprenons, pour ce faire, quelques thèmes développés dans les numéros antérieurs. Par exemple, la question des politiques d’acquisition des musées québécois (4) est revue par Stéphane Baillargeon, qui présente un constat de la situation actuelle d’achats d’œuvres québécoises au Musée d’art contemporain de Montréal, au Musée des Beaux-arts de Montréal et au Musée National des Beaux-Arts du Québec. L’idée d’une rencontre avec six artistes québécois établis (5) est reprise ici par Marilou St-Pierre qui présente des entrevues avec les artistes Raymonde April, Robert Saucier, Rober Racine, David Elliott, Evergon et Lyne Lapointe. Nous revoyons aussi la situation du féminisme dans un texte de Rose-Marie Arbour qui trace le portrait historique des féminismes au Québec.

Cependant, l’engagement n’est pas seulement chose du passé, au contraire. Le féminisme, l’art politique, le cinéma et la vidéo engagés ou les pratiques plus furtives liées à l’art communautaire et relationnel sont autant d’attitudes actuelles qui démontrent un renouvellement de l’engagement dans l’art. À cet effet, Julie Gauthier rend compte de l’art féministe chez la jeune génération d’artistes françaises, Pierre Rannou souligne la présence toujours active du cinéma québécois engagé, tandis que Aline Caillet analyse l’esthétique de la résistance, et revisite le thème de l’implication qu’elle distingue de l’engagement. Caroline Alexander-Stevens et Devora Neumark quant à elles, échangent sur les notions d’éthique et de responsabilité des artistes qui se consacrent aux arts communautaires. De fait, parler d’art engagé ou d’activisme mène inévitablement à une réflexion sur la relation entre ses protagonistes et les structures de pouvoir remises en question. C’est, entre autres, ce qu’évoque d’entrée de jeu Paul Ardenne, soulignant le risque d’assujettissement des artistes à la cause qu’ils défendent, voire même la possibilité de « collaboration douteuse avec le pouvoir ». De nombreux artistes continuent néanmoins de manifester un engagement social à travers leurs convictions artistiques et citoyennes. Certains le font avec beaucoup d’humour, comme le démontre la Manifestation pour le droit au bonheur de l’organisme Folie/Culture qui s’est accoquiné avec plusieurs artistes pour créer des Kits de manifestation. Patrice Loubier nous en fait l’analyse.

Nous présentons aussi deux entrevues avec les artistes AA Bronson (General Idea) et Marina Abranovic dont les pratiques de longue date ont aussi été portées par l’engagement.. Par ailleurs, les chroniques Zouaves et Société restent dans le ton de notre thématique. Normand Baillargeon constate et déplore un certain manque de vision dans les mouvements militants et Michel F. Coté rappelle les positions politiquement tranchées de Frank Zappa.

Pour souligner formellement ses 20 ans, esse se colore, en offrant quelques pages qui rendront justice à certaines œuvres en couleurs. Et ce n’est qu’un début. Nous pourrions reprendre ici l’attestation de l’artiste Mathieu Beauséjour en couverture, Persistance, car si esse s’est démarquée par son engagement, on la reconnaît aussi pour sa persistance.

NOTES :

(1) Tiré de l’éditorial du numéro 1, signé par l’équipe.
(2) Ibid.
(3) Il m’importe ici de mentionner l’implication et le travail acharné de Johanne Chagnon qui a dirigé esse pendant 18 ans. Il est possible de relire tous ses éditoriaux sur notre site web, dans la section Déjà paru.
(4) Sujet préalablement traité dans un article du numéro 7 : Suzanne Beauchamp et André Greusard, «Rencontre»… avec Marcel Brisebois, esse no 7, 1986, page 42.
(5) Johanne Chagnon, Paul Grégoire, André Greusard, Anne Thibault, «Point de vue d’une génération», esse no 15, page 2, 1990. Ce dossier présente des entrevues avec les artistes Kittie Bruneau, Charles Daudelin, Marcelle Ferron, Antoine Pentsch, Yves Trudeau et Armand Vaillancourt.

Pages

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Rubriques



Boutique

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598