Bordeaux – Eponyme Galerie, Light my fiction

74
Bordeaux
  • Photo : Permission de Eponyme Galerie, Bordeaux.

Pascal Grandmaison, Light my fiction
Eponyme Galerie, Bordeaux, du 29 septembre au 22 décembre 2011

Après une rétrospective d’envergure de janvier à mai 2011 au Casino du Luxembourg, l’artiste montréalais Pascal Grandmaison poursuit son parcours européen avec une exposition à la galerie Eponyme de Bordeaux. Light my fiction, titre d’exposition emprunté par l’artiste à l’une de ses pièces, prolonge l’exploration d’un univers complexe et stratifié déjà entamée en 2009-2010 avec la projection du diptyque filmique Je te vois à l’envers (2008) et Double brouillard (2007). Light my fiction réunit sculpture, photographie et vidéo. Cette installation hybride éclaire un univers minutieux et réflexif où chaque pièce entre systématiquement en résonance avec les autres.

La série photographique No black light (2007) décline l’absence évolutive d’une plaque de verre aux dimensions exactes des fenêtres du Toronto-Dominion Centre, décor énigmatique de Je te vois à l’envers. L’artiste use de l’incrustation pour révéler la dimension construite de l’image et s'interroger sur l’histoire du procédé photographique. L’illusion narrative et la qualité esthétique distanciée de ses images se dérobent au profit de l’expression du regard analytique qu’il pose sur son environnement au travers de l’œil mécanisé et augmenté de son objectif. Fading light (2008) illustre le jeu réflexif caractéristique de l’univers de Grandmaison en érigeant en sujet central de la représentation le bloc de piles qui alimentait le flash utilisé pour la série photographique elle-même. La remise en question des modes de production du visible agit, dans le travail de l'artiste, aux points précis où notre vision se trouble : là où le monde contemporain procède à la désincarnation de l’individu, là où le détail le plus infime se transforme en événement monumentalisé.

Au sein de l’espace de la galerie s’instaure un dialogue entre les pièces I lost you in the desert (2010) et Soleil différé (2010) inscrites dans une démarche d’enrichissement plastique et conceptuel réciproque. La première est une installation sculpturale composée de douze roches extraites des îles artificielles Sainte-Hélène et Notre-Dame construites à Montréal pour l’Expo 67. L’artiste est intervenu sur chaque pierre en y peignant un simulacre d’ombre portée. Il interroge ainsi, via un détournement du médium lumineux, l’impact de l’objet recontextualisé dans les conditions d’exposition. Dans Soleil différé, il réalise une patiente errance teintée de nostalgie parmi ces mêmes territoires en désuétude.

L’exposition Light my fiction livre un bel aperçu du subtil paradoxe temporel qui fonde la puissance des images de Grandmaison : la possible coexistence entre la beauté fragile d’un instant volé et l’imposante épaisseur de l’éternité.

Pascal Grandmaison a présenté son œuvre filmique aux Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid à Paris du 18 au 26 novembre 2011 et bénéficiera d’une expo solo proposée par la galerie Eponyme durant Art Rotterdam du 9 au 12 février 2012.

Numéro: 

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598