Montréal – Festival TransAmériques, Trust

73
Montréal
  • Photo : Heiko Schäfer, permission du Festival TransAmériques, Montréal.

Trust
Falk Richter et Anouk Van Dijk, Schaubühne Am Lehniner Platz (Berlin / Amsterdam), Festival TransAmériques, Montréal, les 26 et 27 mai 2011

Des duos qui se brisent. Des corps qui, sans fin, tournoient, vacillent, s’écroulent sur la scène. Investissant tout l’espace scénique – immense structure ouverte évoquant un loft à l’abandon –, les protagonistes de Trust, un mélange homogène d’acteurs et de danseurs, expriment à travers le corps mille petites fins du monde. Présentée en ouverture de la cinquième édition du Festival TransAmériques, cette envoûtante œuvre de danse-théâtre, chorégraphiée par Anouk Van Dijk et mise en scène par Falk Richter, explore en mots et en mouvements quelques zones d’effondrement. Conçue à partir d’improvisations autour du motif de la perte de confiance des Occidentaux envers le système capitaliste, conséquence de la crise financière sismique de 2009, la pièce étend cette perte de confiance à d’autres sphères de la vie, mêlant l’intime et le politique. Ainsi, en présentant une suite de tableaux tantôt poétiques, tantôt crus qui entremêlent finement séquences dansées, chantées et dialoguées, Trust brosse le portrait abrasif d’une « ère du soupçon » généralisé où chacun doute du discours de l’autre, soit-il notre représentant bancaire, notre collègue ou notre amoureux. Car les relations amoureuses, éphémères, truffées de secrets et de demi-vérités n’échappent pas, ici, à la crise de confiance qui mine chacun des personnages, pourtant en quête d’authenticité.

Si le texte, répétitif, progressant par boucles spiralées, n’est pas toujours à l’avenant des saisissantes performances chorégraphiques des interprètes, il est néanmoins traversé de quelques fragments frappants, donnant à entendre toute la désillusion et la perte de désir, de rêve, inhérentes au marasme actuel : « Avant, je voulais changer le monde ; maintenant, j’essaie de trouver une place de stationnement », lance ainsi, stoïque, l’un des personnages. Lassé de tout, surtout des bonheurs factices que procure l’argent – les jeunes femmes achètent des t-shirts Prada à l’effigie de Che Guevara (!) –, chacun fait du sur-place, car même chercher refuge à l’étranger ou dans les bras d’un nouvel amoureux ramène, en définitive, au point de départ. Explorant la répétition-variation des passages textuels et des mouvements, la pièce, par le ressassement continuel des paroles et des images, accentue l’impression d’« immobilité fébrile » où tout, des systèmes économiques et sociopolitiques aux relations humaines, semble tourner à vide. Par une judicieuse exploitation de la simultanéité des actions scéniques, qui rappelle un peu l’esthétique des chorégraphes-metteurs en scène Alain Platel et Jan Lauwers, et une gestuelle qui explore le chaos et l’antinomie des mouvements, Falk Richter et Anouk Van Dijk élaborent un univers scénique singulier, où la morosité et le désabusement se nouent à la beauté du fracas.

Numéro: 

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598