Montréal – Galerie Leonard & Bina Ellen

66
Leonard and Bina Ellen

Galerie Leonard & Bina Ellen, Montréal, du 11 mars au 17 avril 2009

En entrant dans la galerie Leonard & Bina Ellen le 17 mars lors de l’exposition As Much as Possible Given the Time and Space Allotted, le visiteur se croit au mauvais endroit au mauvais moment : des paquets contenant des œuvres embaumées dans leur sarcophage protecteur traînent au centre de la première salle, tandis que des travailleurs chargés de la mise en place de celles-ci se promènent avec des outils, discutant discrètement, peu soucieux d’être observés. Ce n’est que le sourire complice de l’un d’eux qui indique sournoisement au visiteur qu’il n’est pas arrivé trop tôt. En fait, il s’agit d’une exposition marquée par le mouvement perpétuel de tableaux et de sculptures provenant de la réserve de la galerie, d’échelles, d’appareils propres à la disposition de cadres, et de corps humains.

Ce processus systématique « d’éviscération » de la réserve est tout à fait contraire au sens que l’on attribue habituellement à l’espace muséal et libère l’œuvre du poids de sa provenance. De jour en jour, le visiteur est témoin de l’habillage des surfaces vides et des murs nus de la galerie jusqu’au point où ces derniers débordent d’œuvres, rappelant les salons du Louvre au 19e siècle. Plus tard, lorsque la galerie sera complètement encombrée, le processus inverse aura lieu : les ouvriers s’occuperont à dénuder les murs et à désencombrer le parquet. D’une part, ces manœuvres de la part de l’équipe d’As Much as Possible font que le mur, à l’instar du tableau qu’il est sensé mettre en valeur, devient lui-même une œuvre d’art, constituant une partie intégrale de l’exposition. L’espace de la galerie ainsi que celui de la réserve (laquelle n’est pas complètement accessible au visiteur), leur architecture, leur agencement s’offrent à la contemplation esthétique du visiteur. D’autre part, la logique de l’emplacement des œuvres dans la galerie, déterminée non pas par un discours esthétique, historique ou critique, mais en fonction de l’ordre dans lequel elles se trouvent dans la réserve, incite une réflexion formelle chez le visiteur. La « résurrection » des œuvres dans ce nouveau contexte fait que l’identité de l’artiste ou du mouvement auquel une image ou sculpture participe perd toute importance en faveur d’attraits formels tels que la couleur, la ligne, la texture, suscitant des comparaisons d’un ordre nouveau. As Much as Possible Given the Time and Space Allotted, ouvrage interactionnel qui place le visiteur en plein processus d’installation d’une exposition, révèle simultanément l’état de symbiose qui peut exister entre l’art et l’espace muséal.

Numéro: 

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598