Dossier : La cité de Nulle Part

  • Stany Cambot et Echelle Inconnue, Quel mouton vous a chassé et vous dévore ? (extrait de La cité de Nulle Part), 2002. Photo : Stany Cambot

PROJET

En 2001, Stany Cambot et l'équipe d'Echelle Inconnue entament un travail de questionnement de l'utopie avec ceux pour qui Thomas More écrivit Utopia, les sans-abri, et ceux pour qui jamais aucune utopie ne fut écrite, les gens du voyage. Dans un foyer, un restaurant social et un terrain d'accueil, ils lisent Utopia. Longtemps, le travail s'attardera sur un texte du «Livre 1er», dans lequel More retranscrit une discussion entre Raphaël Hythlodée (le marin revenu d'Utopie), le Cardinal Morton et deux laïcs férus de droit. La conversation porte sur la répression du vagabondage à Londres, politique à laquelle More, sous-shérif, a du mal à s'opposer. Par la voix de Raphaël, il met en place une des premières critiques du capitalisme. Il explique que les vagabonds sont des fermiers chassés de chez eux par les propriétaires terriens, préférant payer un berger à garder des moutons dont ils vendront très cher la laine. Ce constat l'amènera à inventer cette société d'où la propriété est exclue.

Dans ce travail de lecture, deux questions et deux tentatives pour les remettre en jeu dans l'espace de la ville.

Pour More, dans l'Angleterre de 1516, ce sont les moutons qui jettent les fermiers à la rue. Qu'est-ce qui, en France en 2002, pousse encore des personnes à la rue ? Les sans-abri répondent eux-mêmes à la question : « Quel mouton vous a chassé et vous dévore ? ». Leurs réponses doivent être imprimées sur des chasubles portées par des moutons pendant le défilé de la fête du travail, le 1er mai. Une nouvelle épidémie de fièvre aphteuse ravage les élevages. La direction vétérinaire refuse la circulation des bêtes sous peine d'abattage.

Qui sont aujourd'hui les fermiers de More ? En été 2002, la ville de Rouen réinstaure un périmètre interdit à la mendicité. Par ce geste, elle s'invitait dans le travail, reprenant le discours favorable à la répression du vagabondage des laïcs de More. Remise en jeu de cette discussion sur ce même périmètre : 1 500 mains, sur chacune une étiquette avec une photo des mains des sans-abri dans la position de leur ancien travail. Au dos, une question : « Que faisaient vos mains ? », 50 réponses : «... de la menuiserie en Belgique », «... des soudures de précision » Sur chaque main, une lettre; assemblées, elles réécrivent un article de constitution de 1793, attribué à Babeuf, supprimé en 1795 : « les secours publics sont une dette sacrée [...] ».

Inventaire des savoir-faire, cartographie de la crise ?

S'abonner à l'infolettre

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Encan


Informations



Contact

esse arts + opinions

Adresse postale
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Adresse de nos bureaux
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598