FTA, Montréal - 33 tours et quelques secondes

  • 33 tours et quelques secondes, photo : Joe Namy
  • 33 tours et quelques secondes, photo : Christophe Raynaud de Lage
  • 33 tours et quelques secondes, photo : Joe Namy
  • 33 tours et quelques secondes, photo : Joe Namy
  • 33 tours et quelques secondes, photo : Rabih Mroué
  • The Pixelated Revolution, © Rabih Mroué
  • The Pixelated Revolution, © Rabih Mroué
  • The Pixelated Revolution, © Rabih Mroué

[In French]

Rabih Mroué et Lina Saneh, 33 tours et quelques secondes
Théâtre Rouge du Conservatoire, Montréal, FTA, du 5 au 7 juin 2014

Depuis 1990, les Libanais Rabih Mroué et Lina Saneh prennent un malin plaisir à entrelacer réel et fiction. Flirtant avec le théâtre documentaire, s’appuyant sur une judicieuse utilisation de la vidéo, les œuvres du tandem interrogent et bousculent. Elles traduisent de manière impitoyable, c’est-à-dire en se tenant loin de tout pathos, de tout sensationnalisme, les dérives de nos sociétés prétendument civilisées.

Dans The Pixelated Revolution, une conférence-spectacle présentée (en anglais) au Musée McCord jusqu’au 7 juin, Rabih Mroué analyse les images de la révolution syrienne de 2011 saisies par les protestataires et diffusées sur Internet. On y voit bien entendu les soulèvements, le climat de terreur, mais surtout la mort… en direct. En observant les vidéos d’un point de vue strictement cinématographique, en établissant des préceptes techniques, en énonçant des consignes de sécurité, Mroué expose le pouvoir inouï des réseaux sociaux.

Parmi ses nombreuses constatations, celles concernant l’immortalité sont de loin les plus fascinantes. De nos jours, quand un individu meurt, les réseaux sociaux sont en mesure de lui offrir une vie après la vie. Pourrait-on dire alors qu’en filmant leur propre mort, en témoignant jusqu’au dernier moment de la violence du régime en place, les protestataires se sont accordé une éternité virtuelle? C’est cette question qui est au cœur de 33 tours et quelques secondes, le spectacle sans interprètes que le tandem présente au Théâtre Rouge du Conservatoire.

Puisque la scène ne contient essentiellement qu’un écran, un tourne-disque, un téléviseur, un ordinateur portable, un téléphone mobile, un téléphone fixe et un télécopieur, les puristes diront qu’il ne s’agit pas de théâtre. Or, tout en s’apparentant à une installation, l’œuvre présente plusieurs caractéristiques nettement théâtrales, comme des personnages, des monologues, des dialogues et même une indéniable montée dramatique.

À Beyrouth, en plein Printemps arabe, un jeune militant, Diyaa Yamout, se donne la mort. Chez lui, toute une panoplie d’outils de communication sonne, vibre et clignote. Un mémorial bien contemporain s’édifie en temps réel. Sur Facebook, ses « amis » se prêtent à toutes les conjectures, fournissent les interprétations les plus farfelues. Certains lui rendent hommage, d’autres l’accusent de satanisme ou de lâcheté. D’autres encore, convaincus qu’il a été assassiné, réfutent la thèse du suicide. Sur le répondeur, on entend la voix d’une femme qui l’a aimé. À la télévision, des reportages tendancieux nous font rencontrer ses proches.

De ces plateformes virtuelles sans lesquelles le Printemps arabe n’aurait fort probablement pas eu la même ampleur, le spectacle expose les possibilités et les limites, il dresse un portrait qui n’est jamais manichéen. Dans cet admirable enchâssement de questions politiques, sociales et culturelles, d’enjeux intimes et collectifs, de considérations humaines et technologiques, il ne fait pas de doute que vous trouverez amplement matière à réflexion.

Christian Saint-Pierre est directeur et rédacteur en chef de la revue Jeu. Il collabore régulièrement au journal Le Devoir et à la revue esse arts + opinions.

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598