Éditorial no 22

Le comité de rédaction

[in French]

Nous aurions pu croire que la démission de Mulroney était une bonne nouvelle. La maladie de Bourassa également. Mais quand on se trouve sur l’assurance-chômage, avant de tomber sur le bien-être social, quand on cherche un travail hypothétique pour ne pas dire illusoire, le portrait général est morose. Ce n’est pas le renouvellement de nos représentant-e-s politiques qui va nous redonner confiance, surtout pas avec des personnages de la trempe de Camille Samson qui nous revient du quaternaire.

Le milieu des arts visuels reproduit, à une autre échelle, le même phénomène qu’on rencontre à l’échelle politique : un parti ou l’autre, un clan ou l’autre, où les coqs se chamaillent pendant que les autres, électeurs/trices ou artistes, continuent à être tenu-e-s à l’écart ou tout simplement indifférent-e-s.

C’est en partie le sujet du DOSSIER de ce numéro, «L’art est ailleurs». Avec la loi 78 sur le statut des artistes en arts visuels, le gouvernement est carrément en train de régenter la pratique des arts au Québec et effectue ainsi un véritable détournement du problème réel. Les préoccupations des artistes ne se résument pas uniquement à des clauses de contrats, une mise en marché des produits culturels ou une gestion exemplaire de carrière.

Le dédoublement du ministère des Affaires culturelles, devenu ministère de la Culture, en une seconde branche, soit le Conseil des arts et des lettres du Québec, ne règle rien, pas plus que l’imposition d’un nouvel organisme représentant les regroupements et les artistes en arts visuels du Québec. Le RAAV ou AADRAV, l’AADRAV ou le RAAV, de toute façon nous devrons ramer en cadence… et vogue la galère! La majorité des artistes ne sont même pas au courant — ou ne veulent pas l’être — que deux organismes se battent dans les hautes sphères pour les représenter.

Nous aimerions beaucoup mieux ne pas avoir à grogner mais avec l’état actuel des choses, nous ne pouvons faire autrement. Coupures de subventions, désintéressement perpétuel de notre classe politique face aux arts, voilà le tableau qui fournit encore une fois l’occasion à Sylvain Latendresse de grogner un peu plus, ce qu’il fait dans son texte «6/49 + 2 gratteux = politique culturelle» sous la chronique COMMENTAIRES. Et comme la conception de l’art de la classe politique ici décriée se trouve soutenue et renforcée par la loi 78, il faudra continuer à aiguiser ses crayons!

Mais le gouvernement n’est pas le seul responsable des problèmes vécus par les artistes. Nous avons soulevé dans nos précédents dossiers l’absence d’implication sociale et l’indifférence consciente ou non des artistes. Nous constatons, encore, qu’une part des responsabilités leur revient. Le texte d’Anne Thibeault, «Oyez, Oyez, braves gens qu’on nomme artistes!», sous la chronique OPINION, dénonce le processus de sélection de l’édition 1993 de l’événement La Fou-art qui diffère de celui de l’édition de l’année passée (d’ailleurs traité dans le numéro précédent). Ce texte critique encore une fois la pratique d’imposer des frais d’inscription. À ce sujet, toujours vigilant-e-s, nous avions dénoncé, dans le numéro précédent, deux organismes qui continuaient à appliquer cette pratique. Nous en avons reçu des échos. À lire sous la chronique DOSSIER SUITE.

L’exposition Pop Art (présentée par Pop-Tarts) du Musée des beaux-arts de Montréal a encore une fois relégué les artistes québécois-e-s au rang de «Parent pauvre?» Marie-Josée Jean nous en parle dans la chronique MONTRÉALITÉS. Comme si nous n’étions pas habitué-e-s à être mis au rancart. Au lieu de seulement dénigrer négativement et ainsi refaire le discours de l’institution, ce texte a été conçu pour «être» ce volet manquant de l’exposition du musée. Volet modeste, mais tout de même! Il tente de faire une démonstration succincte qu’il y a bien eu une production Pop québécoise forte.

Il en est toujours un peu ainsi au Québec, peu importe le domaine. Une certaine élite intellectuelle au pouvoir en est encore à renier ses racines, à preuve la polémique engendrée par la publication du Dictionnaire québécois d’aujourd’hui. Paul Grégoire y répond avec son «Dictionnaire» sous la chronique OPINION. Il nous est apparu important de se prononcer sur ce sujet d’actualité, surtout qu’à ESSE se fait une recherche primordiale au niveau d’une langue qui nous soit fidèle, d’une langue qui ne soit pas hermétique ni inaccessible. Cette langue puise à même une expérience près de la quotidienneté et par conséquent de la vie, donc de la poésie. ESSE continue d’être une revue sensible à son milieu. Nous avons envie que les gens qui nous lisent comprennent ce qui est écrit sans artifices inutiles — ce qui ne veut pas dire sans profondeur — et surtout que ces textes provoquent un désir de la part des lecteurs/trices d’écrire à leur tour dans une revue qui, somme toute, est ouverte à toutes les opinions. D’autres périodiques s’occupent déjà très bien du langage spécialisé de l’art. Nous ne croyons pas que l’on ait besoin d’un de plus.

La nouvelle minichronique COUP DE GRIFFE amorcée au dernier numéro semble répondre à un besoin. Dans le présent numéro : deux nouveaux coups. Christine Palmiéri, pour sa première collaboration à la revue, nous parle d’une expérience vécue dans «Flammes… Feu… Fumée… Cendres…». Combien d’entre nous ne nous sommes-nous pas trouvé-e-s dans ce genre de situation où une galerie nous promet mer et monde, pour en fin de compte nous renvoyer poliment à une autre galerie, galerie qui, elle, nous répondra la plupart du temps par une belle lettre de refus? En fait, ce n’est pas tant d’être refusé-e-s qui met notre patience à rude épreuve, mais le type de lettre de refus qui donne l’impression que les galeries se passent de l’une à l’autre la copie conforme. Anne Thibeault, quant à elle, en a «Ras le bol» du manque de respect flagrant envers l’artiste que ces lettres laissent entendre.

Paul Grégoire poursuit allègrement son aphasie de contiguïté avec deux autres actes de sa pièce Alzheimer Social, dans la chronique GOSSAGE. Cette série suscite jusqu’à maintenant un peu de controverses… mais également des adhérences immédiates.

La critique virulente de la politique répressive des années 60 par le biais de la bande dessinée Cité solitaire de Luis Neves se termine dans ce numéro-ci. Après 11 épisodes et 61 pages, Neves en arrive à la fin d’une étape; dès le prochain numéro il poursuivra sous un autre titre, mais avec les mêmes personnages.

Dans la chronique COMMENTAIRES, Sylvie Raquer nous propose, avec «Le dilemme de la performance», une réflexion toute personnelle sur comment, elle en tant qu’artiste, voit sa place qu’occupe la performance aujourd’hui.

Dans la chronique QUÉBÉCITÉS, Jacques Desruisseaux commente la dernière exposition de Christian Noreau. Son article «Le don» restera la seule trace de cette production généreuse.

Nous accueillerons toujours avec joie les textes qui traitent d’autres pratiques que les arts visuels. Dans la chronique ENTREVUE : la musique électroacoustique se trouve confrontée à des problèmes d’original et de copie, tout comme le même problème se pose en arts visuels avec le support informatique; pour les besoins de son texte «Électroacoustique, multiples et original», André Greusard a rencontré Michel Tétreault, compositeur. Et dans la chronique MONTRÉALITÉS : Jean Patry récidive, avec le commentaire «Il en est des festivals comme des vins», à propos du Festival international de nouvelle danse de Montréal, édition 1992; il avait déjà, dans le no 20, critiqué l’édition 1991 de ce festival qui devient maintenant un événement annuel, participant ainsi à ce phénomène très actuel de quantité — faisons un événement à tout prix — et de rentabilité — de l’argent, il y en a toujours pour ce qui fonctionne le moindrement à un niveau international -, au détriment parfois du public intéressé et des chorégraphes québé-cois-es écarté-e-s.

Sans minimiser l’importance de dénoncer, il reste qu’on peut tomber facilement malade d’une «dénoncite» aiguë! Continusserions-nous ainsi que nous nous retrouverions coincé-e-s dans le dernier tiroir de la commode. Ouvrir! Ouvrir! De l’air! avons-nous crié en chœur. C’est dans cette optique que nous préparons le prochain numéro. Surtout à la suite de la rédaction du dossier de ce numéro, nous avons vraiment touché un extrême, le fond du fond : il n’y est toujours question ni d’art, ni sa pratique, ni de son contenu. Tout en conservant notre mordant, nous envisageons un dossier tourné vers l’autre extrême, l’autre versant de la montagne, qui vous fera voir l’avenir sous son côté positif.

Parce que, voyez-vous, les artistes continuent à produire. Et ça c’est mauditement important!

Subscribe to the Newsletter

 Retrouvez nous sur Twitter !Retrouvez nous sur Facebook !Retrouvez nous sur Instagram !

Publications



Archives


Features



Shop



Auction


Information



Contact

esse arts + opinions

Postal address
C.P. 47549,
Comptoir Plateau Mont-Royal
Montréal (Québec) Canada
H2H 2S8

Office address
2025 rue Parthenais, bureau 321
Montréal (Québec)
Canada H2K 3T2

E. : revue@esse.ca
T. : 1 514-521-8597
F. : 1 514-521-8598